Résultats de votre recherche

Chronique Ecolo-Buissonière : veille Ecolo-Européenne – octobre 2017

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 25 octobre 2017

Avant même la mise en ligne de l’émission, voici le texte de ma dernière chronique (à écouter ICI)

 

Marie, je vais me mettre en accord avec la ligne éditoriale de notre radio et m’exercer pour la première fois à une veille européenne de la question écologique et environnementale.

J’espère ainsi m’attirer les bonnes grâces de la Direction et multiplier par deux ou trois mon cachet virtuel.

Alors… en ce chaud automne 2017, je vous propose un tour d’Europe – sans émettre un gramme de CO2 – avec au programme une déclinaison VENTEUSE de l’actualité environnementale. C’est parti.

 

VENTS VIOLENTS

Pour commencer, revenons sur ce qui s’avère être LA BREAKING NEW de ces dernières semaines et qui n’a pourtant pas intéressé grand monde, occupés que nous étions à regarder les braguettes d’Hollywood, écouter les dernières trumpitudes américaines et boire des bières en terrasse des cafés sous 25°, il est vrai.

Cette info qui pourrait pourtant annoncer des changements majeurs pour l’Europe de l’Ouest avait un prénom : Ophélia.

Ophélia  est « le premier ouragan d’une telle puissance à évoluer aussi près des côtes européennes » selon météofrance (source : Le monde). Formé en dehors des zones tropicales, un cyclone sur l’Irlande, c’est du jamais vu.

Parmi les explications : une température de l’eau supérieure à 2°c par rapport à la normal dans la zone de formation. Avec le réchauffement climatique, nous pourrions dans les années à venir ne plus être que téléspectateurs des conséquences des phénomènes tropicaux.

x

VENT D’ÉTAT (jeu de mot)

Partons en Espagne. On a beaucoup parler de la Catalogne où une partie des habitants souhaite quitter le statut d’autonomie pour une indépendance aux formes incertaines.

Parlons de l’autonomie de la Catalogne … l’autonomie en eau.  Et sur ce point REPORTERRE (lien) nous apprend qu’il n’est point besoin de référendum pour se rendre compte de la dépendance de cette région en matière d’eau. En 2008, à Barcelone, les autorités avaient fini par faire venir des bateaux remplis d’eau douce» » y compris de Marseille qui y avait acheminé l’équivalent de 44 piscines olympiques.

La construction à Barcelone de la plus grande usine de dessalement d’Europe ne résout rien car l’eau produite est très couteuse en euros et en énergie.

Cerise sur le gâteau, moule sur la paella : L’Ebre, fleuve espagnole qui passe en Catalogne, dessert avant, d’autres régions très agricoles qui pourraient très bien ne pas respecter les besoins avals.

Bref, l’eau est partout dans le monde, un sujet tension politique majeur sous-estimé et la Catalogne ferait bien de ne pas oublier qu’elle dépend elle aussi des autres.

x

VENTS CONTRAIRES

Nous quittons maintenant L’Espagne pour partir faire un tour en Allemagne.

En février de cette année avec nos invités allemands du territoire ligérien, je vous avais dressé un tableau plutôt optimiste de l’ENERGIEWENDE.

MEA CULPA.

Selon LE MONDE (lien) il semble le pays pourrait ne pas atteindre la réduction de 40 % de ses gaz à effets de serre d’ici à 2020. En cause : le fonctionnement à plein régime des centrales à charbon et la pollution liée au transport. La baisse de puissance des écologistes allemands dans les rapports de force politique ne vont pas aider à passer ce cap difficile.

Mais rappelons-nous qu’Angella pas froid aux yeux.

 xx

VENTS STÉRILES

Restons en Allemagne.

Une étude scientifique menée sur 27 ans observe de fortes chutes de population d’insectes. LIEN

« Nos résultats documentent un déclin dramatique des insectes volants, de 76 % en moyenne et jusqu’à 82 % au milieu de l’été, dans les aires protégées allemandes en seulement vingt-sept ans ».

Nous sommes à la radio mais je vais partager avec vous un dessin qui vaut cent mots :

DMu_wmoWAAEtlLvx

x

VENT TRI « loque » … le RONALD (jeu de mot capilarotracté)

1 kg d’emballage par seconde. 115 Tonnes par jour.

Voici ce qui est produit en France dans la chaine de Fast-Food américaine MacDonald selon une enquête de ZERO WASTE France reprise sur le site EURACTIV. Deuxième mauvaise nouvelle 96% de ces déchets ne sont pas triés, ce qui fait de Mac do LE contre-exemple national de l’effort de limitation de production déchet.

x

VENTS D’OUESTCapture

Partons à l’Ouest, mais franchement ! dans ces terres d’Europe tellement éloignées de nos yeux, que ce qui s’y passe nous y parait étranger. Et pourtant.

En Guyane ; un projet de Mine d’or fait clignoter les yeux, façon picsou, d’un consortium russo-canadien en passe d’avoir l’autorisation de détruire une surface de forêt tropicale pour extraire de l’or (lien). La Commission nationale consultative des droits de l’homme vient d’alerter le gouvernement sur les risques environnementaux.

Perspective d’emplois contre risques de pollution au cyanure dans un environnement protégé. Voici un nouveau projet contesté (et contestable de mon point de vue).

Je me demande quelles seraient les unes de la presse si ce projet se trouvait au cœur du Parc des volcans d’Auvergne.

 x

 

VENT DE COLERE chez les VENT-R-A-CHOUX (dernier jeu de mot foireux)

Je termine en faisant le lien avec une actualité vécue et digérée par ma pomme (lien), elle aussi en lien avec une opposition locale à un projet. // Je me suis rendu, il y a deux semaines dans une petite ville vendéenne essayant de promotionner, à l’occasion d’une journée de l’énergie, des projets de transition énergétique, dont un parc éolien.

Et là, pour la première fois me voilà au contact de militants « anti-éoliens » de l’association « Vent de colère ». Je passe sur les arguments techniques, pour partager sur ce qui me semble être LA vraie raison de ce « vent de colère » de la poignée de riverains présents.

La crainte de perturbation la qualité de vie perçue et la crainte de perte de valeur foncière sont vécues comme une profonde injustice. Dépassons le simplisme du raisonnement « NIMBY » (Not In My Backyard) qui laisse penser à un égoïsme-individualisme pur jus, et posons-nous la question, de mon point de vue, majeure du partage de la valeur produite.

Contrairement à une approche capitaliste « pure », ce type de projet aurait intérêt à proposer des modèles de partage de la valeur entre investisseurs (souvent groupe privé exogène au territoire) ET les riverains. Des pistes existent avec le financement participatif en amont, le financement de travaux de transition énergétique en aval… Bref, jouer le gagnant-gagnant sans pudibonderie sur le sujet économique.

 x

x

Voilà c’est tout pour aujourd’hui.

Toutes les sources de cette chronique seront mises en lien sur mon blog accessible via le site d’Euradionantes.

Publié dans CHRONIQUES ECOLO-BUISSONIERE | Pas de Commentaires »

Retour sur la soirée « Géo-ingéniérie : faudra-t-il en arriver là ? » du 29/4/2014

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 5 mai 2014

Le Collège des Transitions Sociétales invitait (lien) la semaine dernière toutes les personnes intéressées par le sujet de la Géo-ingénierie. C’est un sujet que je Capture 1prenais à la légère en 2011 (lien) et 2012 (lien) mais qui pourrait bien être plus sérieux que je ne l’avais envisagé initialement. D’ailleurs en 2013, le Centre d’Analyse Stratégique abordait les choses sous un angle très intéressant puisque orienté science-fiction (lien). Bref, en trois ans le sujet a pris du corps et justifie bien un déplacement sur Nantes pour savoir quel est le niveau de sérieux de tout cela.

Pour parler de ce sujet, était invité Benoit de GUILLEBON (Directeur de l’APESA) qui a participé à la réalisation d’une étude prospective de scientifiques sur le sujet [le rapport est ligne : lien].

L’introduction contextuelle de la mission en question est reprise ci-dessous :

Capture

En complément, précisons que la Géo-ingénierie englobe toutes les solutions technologiques en mesure de nous préserver des effets néfastes d’un réchauffement climatique trop douloureux (lien vers la synthèse pour les décideurs du dernier rapport du GIEC).

Dans le catalogue des solutions proposées, on distingue deux groupes :

Famille des A- les solutions techniques qui nous permettraient d’extraire le CO2 de l’atmosphère (et donc de le mettre ailleurs sous une autre forme)

Familles des B-  les solutions techniques permettant d’atténuer le rayonnement solaire

 

Dans la familles des « A », on a des solutions très accessibles du genre « augmentation de la surface boisée » qui présente un problème de délais de mise en œuvre et d’échelle d’impact. 

Il y a aussi des propositions effrayantes comme la fertilisation des océans (lien) ou la captation chimique du carbone de l’air. Dans le premier cas, les effets négatifs induits ne sont pas connus et dans le second il faut consommer beaucoup d’énergie (fossiles ?) pour mettre en œuvre le process. A ce stade, je comprends mieux pourquoi l’invitation mettait les shadocks en illustration.

Dans la famille des « B », on retrouve des répartitions équivalentes : du plus simple (mais peu efficace) au plus fou. Dans le plus « simple », pourquoi ne pas peindre tous les bâtiments en blanc ? On diminuerai ainsi l’effet albedo (de manière non significative). Rappelons que la neige renvoie vers l’espace 85% de la lumière reçue contre quelques % pour une surface bitume par exemple; ce qui nous renvoie à une boucle de retro-action positive, cad : plus ça fond, plus il fait chaud et plus il fait chaud, plus ça fond !

Dans les projets fous de nos contemporains pour nous sauver, ce qui tient la corde actuellement, c’est l’émission d’aérosols dans l’air (lien). C’est pas très compliqué et très efficace pour baisser la température. Les effets induits ? Rabats joies !

Je vous passe les projets de miroirs à placer entre la terre et le soleil, les projets destinés à rendre les nuages plus réfractant… car pour l’intervenant du soir, le sujet n’est pas vraiment celui de la faisabilité technique de telle ou telle solution (aucune n’étant démontrée à ce jour, surtout dans une logique « holistique », cad en regardant aussi les effets négatifs induits par ces « solutions »).  

Le problème est plutôt celui de la Gouvernance mondiale sur ce type de projets fous. Il est plus que probable que dès la conférence COP de 2015 (qui se déroulera à Paris), plusieurs états proposeront des actions de géo-ingénierie pour traiter le problème climatique sans corriger notre modèle économique. Aujourd’hui, rien n’empêche vraiment un état de générer un équivalent-Punatubo de son côté sans rendre compte à la communauté internationale. La question de l’Étique est posée.

Cela va être chaud, Paris 2015 !

Le support de présentation de la conférence :

fichier pdf 14-04-29 Géo Ingénièrie Nantes

Ci-dessous le reste de mes illisibles notes (pour archive en fait)

Lire la suite… »

Publié dans GEO INGENIERIE, GES | Pas de Commentaires »

Le fort potentiel de géothermie profonde auvergnat

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 27 mars 2013

Quand on parle d’énergie renouvelable, l’image d’Epinal qui apparait dans nos cerveaux médiatico -influencés est un champ d’éoliennes ou une toiture photovoltaïque. Et pourtant, quand on regarde les chiffres de la « vraie vie », les maigres 14% d’électricité produite en France à partir d’ENR viennent très majoritairement de nos vieux barrages hydro-électriques (plus de 80%). On confond trop souvent « croissance de production » et « part de production ».

La « vraie vie » de demain ne sera pas non plus l’uniformité de champs d’éoliennes mais des mixes énergétiques adaptés aux contextes régionaux. Une chose est sure, notre mixe énergétique va évoluer pour être moins dépendant de la fluctuation des énergies fossiles (gaz « naturel », le pétrole « naturel »…) et de l’augmentation programmée du prix de l’électricité nucléaire.

Je partage, à l’occasion d’un passage express dans ma belle région natale qu’est l’Auvergne, le contenu d’un article glané dans le magasine « Massif Central », proposant ce mois-ci un dossier spécial sur le « grand défi énergétique ». Le plus intéressant du dossier, de mon point de vue, est la perspective de l’exploitation de la géothermie profonde. En effet, grâce à son passé volcanique, une bonne partie de l’Auvergne (Puy de Dôme, Cantal), présente une caractéristique géologique intéressante : la croute terrestre est plus fine et donc l’accès aux « hautes températures » (supérieures à 200°c) est possible avant 5000 m de profondeur. Au-dessus de 100°c, on peut déjà produire de l’électricité et bien-sûr alimenter des réseaux de chaleur urbains. Des projets de sondages sont planifiés cette année et des entreprises se posent des questions d’exploitation très intéressantes. La perspective fait rêver : plus d’intermittence dans la production d’ENR, des potentiels infinis de production… Reste à investir (avec l’intérêt de l’épargne ? lien).

Le fort potentiel de géothermie profonde auvergnat dans ENERGIE RTEmagicC_1687c05496.gif

En revenant de Clermont, je somnolais dans mon TER à PNI (propulsion-nucléaire-indirecte), et je songeais que dans quelques décennies une énorme agglomération se construirait entre Clermont-Ferrand et Riom, attirant entreprises à la recherche d’une énergie bon marché et des habitants en fuite de situation de précarité énergétique… et bien sûr dans un cadre de vie préservé et exceptionnel qu’est le Parc des Volcans d’Auvergne (qui je l’espère sera très prochainement classé au patrimoine mondial de l’UNESCO –cliquez ici pour signer : lien ).

Rêver ne nuit pas au climat.

puy-de-d%C3%B4me auvergne dans INNOVATION

Publié dans ENERGIE, INNOVATION | Pas de Commentaires »

2 idées de géo-ingéniérie « tendances » pour cette nouvelle année

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 7 janvier 2013

Je trouve toujours sympa d’inventorier les idées les plus folles qui doivent nous sauver du désastre annoncé en matière de « Global Warming ». Suite à ma veille, j’ai trouvé deux projets qui semblent être pris au sérieux par quelques scientifiques qui y consacrent du temps dans leurs labos. Nous ne sommes plus à l’échelle du garage. Ça deviendrait sérieux !

La Géo-ingénierie : notre dernière chance ? dans GAZ A EFFET DE SERRE geo-trouvetout

1- Les premiers envisagent (donc sérieusement) d’injecter dans la stratosphère des aérosols pour reproduire en quelques sortes un effet « volcan ». Une dizaine de mégatonne de souffre devrait suffire dans un premier temps à refroidir un peu l’atmosphère ambiant. Les effets collatéraux ? quels effets collatéraux ? il faut savoir ce que vous voulez.

2- D’autres (un peu moins effrayants) envisagent d’équiper les outils industriels les plus émetteurs en CO2 de dispositif de captage de ce GES. Le concept est de pulvériser de la roche fragmentée dans les cheminées et de générer des carbonates à la place du CO2 gazeux. Sympa aussi. Pour quel bilan énergétique ? je n’ai pas l’info. lien

 

Ce qui est sur, ce que l’on trouve que ce qu’on cherche. Alors cherchons.

Publié dans GEO INGENIERIE | Pas de Commentaires »

Géo-ingénierie suite… La théorie du Volcan artificiel

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 11 avril 2012

Dans la famille « c’est pas compliqué de résoudre le problème du climat », je vous propose le concept du volcan artificiel présenté récemment par quelques scientifiques britanniques.

« En 1991, les poussières émises lors de l’éruption du Pinatubo, obscurcissant le ciel, avaient rafraîchi de 0,5 °C le climat mondial durant quelques mois. Suivant ce modèle naturel, les scientifiques imaginent « refroidir le réchauffement » en injectant dans la stratosphère des sulfates, capteurs de chaleur solaire.

Géo-ingénierie suite... La théorie du Volcan artificiel dans GEO INGENIERIE volcans%20ok

Pour démontrer la faisabilité de leur système, les chercheurs entendaient brumiser quelques dizaines de litres l’eau par heure, à moyenne altitude. L’étape suivante aurait consisté à mettre en batterie 64 tubes de 25 km de long, pour diffuser dans les hautes couches de l’atmosphère, un véritable fog soufré. Coût du projet : entre 50 et 500 milliards de livres pour disperser 2 millions de tonnes par an de sulfates et d’aérosols. Succès pas garanti.

 Sous la pression de l’opinion publique, et notamment d’ETC Group, une ONG spécialisée dans la dénonciation de « dérives scientifiques »,les hommes en blanc ont suspendu leur projet« .

 

source : http://energie.lexpansion.com/climat/les-delires-de-la-geo-ingenierie_a-35-7281.html

Je vous recommande aussi la lecture d’un dossier complet sur le sujet parru dans la lettre mensuelle L’USINE A GES : lien

 

Publié dans GEO INGENIERIE | Pas de Commentaires »

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social