Résultats de votre recherche

Lu : RENNAISSANCE ECOLOGIQUE, 24 chantiers pour demain de Julien Dossier

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 24 septembre 2019

Un livre préfacé par Rob Hopkins, c’est classe ! Quand ce dernier appuie son commentaire de la manière suivante, on se dit que ce serait dommage de passer à côté :9782330114398

« le génie de ce livre est qu’il s’appuie sur la sagesse de notre passé pour imaginer le futur »

L’expertise de Julien Dossier dans l’accompagnement des transitions zéro carbone (mais pas que) et son expérience sur le territoire parisien font de ce livre un recueil méthodologique outillé, tourné vers l’action pour accompagner les territoires à engager leur(s) transition(s). Je reviendrai plus bas sur les « envies » que ce livre ont pu générer pour le conseiller municipal que je suis encore pour quelques mois.

La valeur ajoutée principale de ce livre dépasse selon moi la méthode et se trouve inscrite dans la recommandation de lecture de Rob Hopkins citée plus haut. Car les enjeux et leviers de transition sont connus (à défaut d’être massivement activés) mais l’effet mobilisation est souvent étouffé devant l’ampleur des chantiers à ouvrir, l’expertise technique perçue et le manque de vision globale. Comment présenter un projet de transition sur un territoire de manière ludique, pédagogique, implicative (…) ?

La proposition de Julien Dossier est lumineuse. Il s’appuie sur une fresque d’Ambrogio Lorenzetti du 1338, visible à Sienne et nommée « Effet du bon et du mauvais gouvernement« .  Derrière ce titre un poil trop manichéen se cache une mise en forme complète des composantes d’une Société « bien fonctionnante », avec ses acteurs et ses interactions. Tous les morceaux du puzzle (de la bande dessinée ?) ont leur raison d’être et laissent envisager la complexité de lecture. Finalement ce qui est chouette, c’est que la fresque est accessible à tous sans aucune expertise. La fresque est support de mobilisation.

 

x33396685-30797535

Julien Dossier a actualisé la Fresque à nos enjeux contemporains (avec l’aide du crayonné du dessinateur Johann Bertrand d’Hy) et propose une interprétation d’un territoire « souhaitable/idéal » et l’a outillé d’une méthode accompagnant son usage pour générer l’action. Cette réflexion est captivante car elle pousse à la transposition sur son territoire de vie.

Personnellement, au fil de la lecture, j’ai ressenti le besoin d’adapter la fresque proposée à mon territoire rurale, qui a ses propres caractéristiques en termes d’accès à l’emploi, de bassin de vie, de cœur de vie (…) et le travail mériterait d’y passer du temps pour le proposer à un collectif pour passer sur les étapes de « chantiers ».

Preuve en est que ce livre ne vous laissera pas insensible. A ranger à côté du Manuel de transition de Robb Hopkins.

IMG_4814

Publié dans LECTURES | Pas de Commentaires »

Lu : DEMOCRATIE PARTICIPATIVE – guide des outils pour agir

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 17 juin 2013

Depuis l’année dernière, la Fondation FNH s’est organisée en Think Tank à l’américaine pour influer sur les décisions publiques. Dans ce cadre, elle sollicite des experts pour produire des publications à même d’alimenter le débat public. Je trouve personnellement que les productions de cette nouvelle structure sont de très grande qualité. Le dernier opus est un Guide des outils sur la démocratie participative.

Lu : DEMOCRATIE PARTICIPATIVE – guide des outils pour agir dans INNOVATION capture6

En aparté, j’ai vécu la lecture de ce Guide comme un acte 2 au célèbre livre de Rob Hopkins : Manuel de Transition (lien vers commentaire de ce livre sur ce blog). C’est un compliment de mon point de vue.

La publication, objet de ce post, (lien vers le document complet) est très opérationnelle. Elle se présente sous forme de fiches que pourront utiliser jusqu’à plus soif les associations et autres mouvements politiques ou apolitique qui se sont donnés pour objectif de passer le cap de la transition en consultant les citoyens (et pas seulement en s’appuyant sur un mandat électif dont on se rend compte ces temps-ci des limites).

Passer le cap de la remise en cause de notre système de décisions publiques, il reste à organiser la consultation et ce n’est pas si simple… d’où ce guide.

Le support propose 14 fiches outils illustrées d’exemples d’application. Par exemple, la certification participative est l’idée selon laquelle le citoyen-utilisateur peut être directement sollicité pour évaluer la conformité à un cahier des charges d’une production donnée. Il devient auditeur de son produit. En dehors du fait que c’est la fin de mon boulot (joke…), le principe est intéressant car les acteurs de la chaine (Producteurs => consommateurs) sont ainsi en contact direct… Ils ont plus de chance de se comprendre…capture5 dans LECTURES

Je ne pense pas que ces outils soient directement applicables, mais après une adaptation à chaque problématique, je suis convaincu que ce Guide sera utile et ouvrira des champs de consultation populaire encore inexplorés.

L’innovation, ce n’est pas que le nouvel I-Pad. Ce guide le démontre.

Merci.

Publié dans INNOVATION, LECTURES | 1 Commentaire »

Manuel de Transition de Rob Hopkins

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 2 juin 2012

Voici un livre qu’il m’est difficile de recommander à tout le monde tant la remise en cause de nos modes de fonctionnement est profonde, mais qui m’a intéressé. Donc, je partage. A chacun de se faire un avis.

Le Manuel de Transition (sous titré « de la dépendance au pétrole à la résilience locale« ) est un livre écrit par Rob Hopkins, « pape » du mouvement international des « villes en transition« , un mouvement qui se revendique apolitique, initié au début des années 2000 à Totnes en Grande-Bretagne (lien sur le site internet de la ville).

Manuel de Transition de Rob Hopkins dans LECTURES 60920479

Le principe : accepter et anticiper la fin programmée du pétrole pas cher et jouer la carte du positivisme en dessinant un avenir « différent » sur la base d’initiatives populaires (rencontres, sensibilisations, groupes de travail local…). En ressort des actions comme la mise en place de monnaies locales, la relocalisation des productions alimentaires, la mise en place de « Plans de Descente Énergétique » locaux… tout ceci « à côté » des instances élues, par des initiatives volontaires de citoyens qui s’organisent entre eux.

Le livre est riche de retours d’expériences, d’outils, de conseils pour passer à l’action. Il est plutôt positif bien que radical (un complément à la vision de J. Rifkin) et agréable à lire. Reste à s’assurer du caractère non sectaire ou « extrême » du mouvement (les coordinateurs sont formés, les méthodes d’animations sont « procédurées »…). Pour vous faire un avis complémentaire, ARTE s’était posé la question du risque « sectaire » du mouvement :  lien .

De mon point de vue, à lire pour se faire un avis et envisager la participation populaire autrement et pas forcement pour adhérer au mouvement, car on peut agir sans être « logoté ». C’est regrettable que la branche française de ce mouvement soit portée, de ce que j’ai compris, par la branche « décroissante » des écologistes (approche conflictuelle ne faisant pas bouger les lignes de mon point de vue toujours).

Je pense, dans tous les cas, que la gestion de la période « post-pick-oil » qui nous attend reste pertinente à poser et que l’échelle d’action est intéressante (village, ville…).

Publié dans LECTURES, TRANSITION | Pas de Commentaires »

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social