Les décrets d’application du Grenelle 2 sont de sortie

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 13 juillet 2011

Nous ne les attendions plus et voilà qu’en cette veille de vacances estivales les décrets d’applications de la Loi Grenelle 2 tombent les uns après les autres. Inventaire rapide. 

-      Le décret n°2011-829 du 11 juillet 2011 relatif au bilan des émissions de gaz à effet de serre ne présente pas de surprise : il est limité aux entreprises de plus de 500 salariés, n’intègre que les émissions directes (des sources fixes et mobiles) et indirectes (associées à la production d’électricité, de chaleur et de vapeur). Il prévoit la publication des résultats du « Bilan Carbone » et du plan de diminution sur internet (ou équivalent). Je suis clairement déçu du périmètre retenu qui exclu de facto des sources d’émissions fondamentales (matières premières notamment). Insignifiant. 

 -      Le décret no 2011-694 du 20 juin 2011 relatif à la certification environnementale des exploitations agricoles. 3 niveaux sont identifiés : Exigence environnementale, Certification environnementale et Haute Valeur Environnementale. Les démarches déjà existantes (ISO 14001, Agri-confiance, Agriculture raisonnée…) bénéficient d’équivalences. Sans valorisation économique, dans  le contexte du moment, il ne va pas être facile de motiver les exploitants (qui pourront aussi s’engager collectivement).

-      Le décret n°2011-828 du 11 juillet 2011 relatif à la prévention et la gestion des déchets complète l’arsenal juridique en place en focalisant notamment sur la valorisation de quelques déchets non dangereux (bio-déchets, déchets du bâtiment…). Rien de révolutionnaire mais une orientation claire vers la valorisation. 

Aussi disponibles : décret n°2011-830 Urbanisme, énergies renouvelables et performances énergétique, décret n° 2011-832 du 12 juillet 2011 relatif à la représentativité des associations environnementales…    Le Décret le plus attendu maintenant est celui du reporting RSE qui semble bloqué dans un tuyau.

Publié dans ACTUALITE, GRENELLE | 1 Commentaire »

La taxe carbone bientôt en place…

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 10 juillet 2011

… en Australie.

Le gouvernement australien s’apprête à mettre en place une « taxe carbone » très contestée (tiens, ça me rappelle quelque chose…) qui rentrerait en application en 2012. Vidéo d’EuroNews.

Il s’agit en fait de l’équivalent des « quotas » mis en place au niveau des entreprises européennes dans le cadre des PNAQ (environ 1000 entreprises en France sont concernées), puisque seules les 500 entreprises les plus polluantes du pays seront ciblées dans un premier temps. Une différence de taille avec « notre » dispositif, les 17 €/Tonne de CO2 émises (le prix retenu est le même qui celui que la France souhaitait prendre en compte pour notre défunte « taxe carbone »), seraient payés dès la première Tonne émise (en Europe la logique de seuil a été préférée dans un premier temps avec des estimations de « droit à rejeter » plutôt confortables. Nous dirons que l’on a pris le temps de préparer les esprits et les porte monnaies avant de taper dedans).

Rappelons que l’Australie est très tributaire des énergies fossiles (ci-dessous une représentation graphique pris sur le site de JM Jancovici www.manicore.com) notamment du fait de ses industries extractives (minerais, charbons) et de l’ »Américan Way of Life » en vigueur sur ce petit continent.

La taxe carbone bientôt en place... dans ACTUALITE GES_graph4

 

Publié dans ACTUALITE, GES, INNOVATION | Pas de Commentaire »

GIEC et AIE : deux alarmes simultanées

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 5 juillet 2011

Deux organismes internationaux de premier plan viennent de lancer des alertes aux décideurs de notre petit monde. Alertes mais aussi propositions et retours d’expériences sont au menu des références ci-dessous. « Y-a-qu’à«  …

Le premier, c’est le fameux GIEC (Groupe Intergouvernemental d’experts des Nations Unies sur l’Evolution du Climat) par la voix de son Directeur, Rajendra Pachauri, qui demande dans le cadre d’une conférence donnée à l’ONU, aux pays de s’engager sans attendre vers la diminution des émissions de GES. Cette position se justifie notamment du fait de l’échéance de 2012 qui se rapproche si vite. A cette date  (en plus de la fin du monde !), s’éteindra la période d’application du protocole de Kyoto; et en l’absence d’accords entre les grands de ce monde, rien n’est prévu pour le prolonger. Le représentant du prix Nobel de la Paix (Giec) préconise donc que chacun travaille de son côté sans attendre. Tant pis pour l’accord international contraignant qui semble aujourd’hui hors d’atteinte. Il est à noter, que très récemment et en parallèle de ce discours, le GIEC a innové en faisant preuve de positivisme (ce qui est assez exceptionnel) au travers de la publication d’une étude démontrant que les sources d’énergies renouvelables telles que l’énergie éolienne, solaire, la biomasse et l’hydroélectricité, pourraient satisfaire près de 80% de la demande mondiale en énergie d’ici 2050 si on y met les moyens maintenant : cliquer ici pour télécharger le rapport en anglais. 

Le second  organisme de renommée internationale est l’AIE (Agence Internationale de l’Energie). Un rapport sorti ces jours-ci (cliquer ici pour le télécharger, en anglais aussi), nous recommande d’anticiper les prochaines crises  dans les approvisionnements électriques. Il ne semble pas que, d’une part, l’augmentation de la production d’électricité puisse suivre l’augmentation de la demande et que d’autre part nous soyons préparés aux modes dégradés qui ne manqueront pas de nous tomber sur le coin de la tête, dans les décennies à venir. Le salut ne viendra que par des démarches d’économie. Le document est intéressant car il s’appuye sur des situations « témoins » qui démontrent qu’à moindre effort (organisation, sensibilisation, régulation…), la consommation électrique d’un territoire peut être abaissée de 20 à 40% à fonctionnalité comparable. Les exemples les plus marquants : la gestion de la crise de ce début d’année au Japon et en réponse au manque de réacteurs en fonctionnement, l’Alaska suite à la destruction de la principale ligne d’approvisionnement… Plein de décisions d’urgence… Et ça marche ! Il suffit en fait d’avoir le dos au mur pour changer les choses. 

Publié dans ACTUALITE, ENERGIE | Pas de Commentaire »

Solution Recyclage

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 5 juillet 2011

Cette page ressemble à de la pub, mais je ne toucherai aucune commission. Partons du principe qu’une belle et bonne expérience mérite d’être partagée et tant mieux si tout le monde y trouve son compte !

logofondblanc.jpg 

Solution Recyclage est une toute jeune entreprise que j’ai la chance d’avoir vu naître. Elle propose sur Nantes et ses alentours un mode opératoire unique pour la collecte et la mise en traitement des déchets de « petits émetteurs ».

La force de cette entreprise, profondément humaine, est de proposer des solutions très souples et très adaptées aux petites et moyennes structures dans les modalités de collecte (je retiens notamment la création de bornes de collecte très ergonomiques observées à la Cité des Congrès de Nantes) mais aussi la recherche permanente  de filières de valorisation des déchets diffus, qui jusqu’à présent n’intéressaient pas grand monde !

Bravo et bonne continuation.

Publié dans A L'OUEST, CAS D'ENTREPRISES | Pas de Commentaire »

Lean Management Ressources

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 4 juillet 2011

Vous ne connaissez pas le concept du « Lean Management Ressources » ? Rassurez-vous puisque ce concept est né dans un recoin de mon cerveau à la lecture du dernier ouvrage de Jean-Marc Jancovici (voir post précédent).

Aujourd’hui  - Le management « maigre » (Lean Management) est d’actualité au sein de nombreuses entreprises. Cette méthode (mode de fonctionnement profond, philosophie diront certains) a pour noble objectif de rendre la production (bien ou services) plus efficace en optimisant la structure organisationnelle et opérationnelle. Par efficace, il faut ici entendre, économiquement optimisée avec des données d’entrée actuelles qui sont ce qu’elles sont  (main d’œuvre chère, énergie pas chère, exigences de délais fortes, exigence du flux tendus…).

Demain – L’entreprise performante, dans une économie contrainte en terme de disponibilité en ressources (énergie et matières premières), devra répondre à un certain nombres d’objectifs qui peuvent sembler « originaux » vus de juillet 2011. En effet, on peut s’amuser à imaginer que dans ce monde là :

- le remplacement de l’homme (énergie musculaire) par la machine (énergie fossile pour l’essentiel) deviendra moins « rentable » et donc moins incontournable,

- les flux de matières entrant et sortant seront plus chers et donc que « naturellement » les distances vont se raccourcir dans le triangle « fournisseurs de matières premières – transformateurs – consommateur » (l’essentiel du pétrole est utilisé sur terre pour déplacer des gens ou de la marchandise),

- la rareté impliquant une augmentation « naturelle » (au sens du marché) des prix de vente des biens, leur qualité et durée de vie devront être optimisées pour répondre à de nouvelles attentes des clients (peut-être devrons nous prévoir la réparation des biens ? qui sait ?),

- tous les investissements seront envisagés sous un jour nouveau (des milliers d’euros dans un convoyeur ? A voir : plus d’énergie consommée, plus de dépendance à des experts qui viennent de loin régulièrement, plus de matériaux….)

Bien sur, sans la conviction que le monde de la rareté risque vraiment d’arriver (je veux dire ailleurs que dans les livres de Jean-Marc Jancovici), ces orientations sont hors de propos et en contradiction avec les signaux immédiats du marché. A chacun de se projeter. 

Ce qui est positif, selon moi, c’est qu’en conjuguant nos savoir-faire méthodologiques (LEAN, Bilan Carbone, Eco-conception…) et surtout en associant les compétences déjà existantes en entreprises sur ces sujets, nous ne sommes pas « nus » pour relever les défis à venir. Vive le Lean Management Ressources ! 

Publié dans HUMEURS, RESPONSABILITE GLOBALE | 1 Commentaire »

Changer le monde avec Jean-Marc Jancovici

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 1 juillet 2011

Je dois bien avouer, avant tout commentaire sur le dernier livre de Jean-Marc JANCOVICI, que je suis personnellement très attaché à l’avis de cet homme, concepteur de la méthode Bilan Carbone et qui, quoi qu’on puisse penser de ses positions; sait les argumenter de manière très rationnelle. A ce titre, son site est une mine d’informations : www.manicore.com à recommander à toute personne se posant des questions sur la problématique Climat-Energie.

Changer le monde, tout un programme ! 

Jean-Marc JANCOVICI semble, dans la première partie de son livre, se désespérer de répéter les mêmes choses… mais il remet le couvert à la veille des élections de 2012 pour jouer son rôle de « lobbyiste ».

En deux mots, le fil conducteur de son  raisonnement : notre dépendance à l’énergie fossile et notre accoutumance à sa disponibilité « quasi-gratuite » (ses démonstrations sont solides) est un péril écologique, économique, financier et surtout démocratique que nous ferions bien de regarder plus attentivement. La priorité selon lui : « décarboner » notre économie et pour se faire revoir les référentiels de nos habitudes et investir… mais exactement où il faut !

Pertinent (les « équivalents esclaves » cachés derrière l’énergie que nous consommons au quotidien marquent les esprits), dérangeant (il reste dans le contexte du moment un franc défenseur de l’énergie nucléaire et il est méprisant quant à la pertinence du développement des énergies éoliennes et solaires) , percutant (les « purs » écologistes doivent apprendre parler « argent » et « moindre risque » pour servir leur cause)…

J’admire la qualité des références et je suis « fan » de l’humour si caustique qui caractérise le personnage. Pour autant, rien de bien neuf par rapport à ces deux précédents livres (sauf le récit intéressant de son aventure avec Nicolas Hulot lors de sa participation à l’écriture du Pacte Ecologique.) , mais je crois aussi avoir compris que ce livre n’est pas écrit pour les « convaincus », il a l’ambition plus large de toucher les curieux « non initiés ». Pas sur que le discours puisse convaincre tant les chantiers affichés sont gigantesques…

Publié dans ACTUALITE, GES, LECTURES, RESPONSABILITE GLOBALE | Pas de Commentaire »

Le Bilan Carbone des ménages français – étude de mars 2010

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 26 juin 2011

L’Observatoire du Bilan Carbone des ménages (si, ça existe !) a réalisé avec IPSOS une évaluation auprès de 2000 ménages de leur  Bilan carbone en les croisant avec les caractéristiques classiquement utilisées dans les enquêtes d’opinion (CSP, classes d’âge…). Pour lire l’étude, cliquez ici.

Pour actualiser vos données de références, sachez donc que selon cette étude, le Bilan Carbone d’un français moyen est évalué à 7.388 kg Eq CO2 et que le transport est le poste le plus « lourd » (54 % des émissions par individu !) devant le logement (30%) et l’Alimentation (22%). Attention, cette étude a choisi de ne pas intégrer les thématiques « Biens de consommation autres que alimentaires » , ainsi que les émissions « cachées » des produits importés. D’autres études doublent l’impact carbone du « français moyen » en intégrant cette « paille » !

Parmi les constats observés : plus nous sommes riches, plus nous sommes impactant en terme de rejet de gaz à effet de serre (compter 8.580 kg Eq CO2 pour les cadres en moyenne)  notamment du fait de la consommation de loisirs et des inévitables voyages en avion qui l’accompagne. Pour les mieux dotés en « miles » , le volet transport peut représenter jusqu’à 60% du Bilan Global de la personne !

Limite de l’exercice selon moi : la « relativité » systématique proposée dans cette étude (tout rapporter au « par personne »). Ainsi, les familles très nombreuses sont « automatiquement » très vertueuses du point de vue carbone et les personnes seules très impactantes (retraités, célibataires…). De la à dire que pour sauver la planète nous devons tous fonder des foyers avec 12 enfants dedans, je pense qu’il y a « erreur dans l’interprétation des chiffres » !

Publié dans GES | 1 Commentaire »

Un vent d’air frais…

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 19 juin 2011

Pour la première fois, j’ai eu la fierté de participer à la Kermesse de l’école de ma fille. Pas grand chose à voir avec la Responsabilité Globale ? et bien si, car le sujet choisi par les enseignantes était « Ne touche pas à ma planète » et toutes les animations ont tourné autour du tri, de la lutte contre le gaspillage, de la personnalisation et  de la protection de la Planète…

J’ai réalisé pendant ce petit spectacle l’importance de ce travail de formation. Il est tout aussi important que celui que nous menons au quotidien au sein de nos entreprises. Les comportements de demain se jouent au plus jeune âge et l’appropriation de ces compétences est indispensable pour accepter les changements nécessaires que nous, adultes, nous ne sommes pas encore prêts à accepter.

Plus près de mon quotidien, je comprends aussi un peu mieux pourquoi les démarches ISO 14001 passent aussi bien auprès du personnel des entreprises : le lobbying des enfants vis à vis de leurs parents doit jouer un peu sur cette saine réceptivité !

Du coup, deux « clics » sur Internet m’ont appris quels étaient les objectifs de l’Education Nationale sur le sujet du « Développement Durable » et quel en était le cadre : http://eduscol.education.fr/cid47659/education-au-developpement-durable.html

Je suis de bonne humeur ce matin…

Publié dans HUMEURS | Pas de Commentaire »

ISO 50001 : c’est parti

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 18 juin 2011

ISO publie sur son site internet l’imminence de la publication de la norme ISO 50001, ce qui marque la fin de la courte vie la norme NF EN 16001 ! Pour les moins initiés, la norme ISO 50001 définit ce qu’est un Système de Management de l’Energie avec l’ambition de permettre aux organisations d’améliorer leur performance énergétique (dans un contexte où cela n’a jamais été aussi pertinent !). Cette démarche sera certifiable.

J’entends déjà la question « mais le volet Energie est déjà intégré dans mon Système de Management de l’Environnement ISO 14001 ! ». Ce n’est pas faux, mais il faut aussi reconnaitre que le niveau d’exigence, notamment en termes de mesure (GTC…) et d’analyse des dérives, est faible dans ce cadre. Bien sur, la structure des deux normes (« PDCA »), les rend totalement compatibles.

Cette norme ne paraît pas inutile, élitiste surement, mais pertinente. Son orientation industrielle forte exclue cependant de facto de son périmètre d’action, les activités énergivores que sont les transports, la sous-traitrance, l’utilisation des produits…

Une présentation sur : http://www.iso.org/iso/fr/iso_50001_energy.pdf

Publié dans ACTUALITE, ENERGIE, ISO etc... | 1 Commentaire »

OSESOL propose un nouveau concept de centrale solaire… aquatique !

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 13 juin 2011

OSESOL, nouvelle filiale d’OSERIS « jette un panneau dans la mare » en proposant un concept inédit de centrale photovoltaïque aquatique flottante.

Oséris 

Jusqu’à présent, et c’est plutôt surprenant, il semble qu’aucun dispositif n’ai été vraiment conçu pour l’exploitation solaire des surfaces aquatiques. Le concept est donc prometteur, notamment pour les stockages d’eau artificiels qui ne manquent pas.

La promesse économique est elle aussi attractive puisqu’il est envisagé un prix de revient du Kwh produit bien inférieur aux standards actuel du secteur : 0.15 € / Kwh !

Article et Interview : http://www.paysud.com/Bientot-des-centrales-photovoltaiques-sur-des-plans-d-eau_a1538.html

Publié dans ACTUALITE, CAS D'ENTREPRISES, INNOVATION, RESPONSABILITE GLOBALE | Pas de Commentaire »

1...4950515253
 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social