L’économie de fonctionnalité

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 3 septembre 2011

L’économie de fonctionnalité est un concept fondateur contributeur de ce que pourrait être une économie « Responsable ». Je ne crois pas qu’il soit suffisamment partagé, donc j’y reviens, suite à la consultation hasardeuse d’un site dédié.

On peut vulgariser le concept par la question suivante : « peut-on remplacer la valeur ajoutée associée à la vente d’un bien par la même valeur ajoutée en vendant le service correspondant » ? Tout ceci, à service rendu équivalent pour le consommateur bien sur.

L’intérêt environnemental est mathématique. Prenons l’exemple d’une entreprise A qui change son activité de vente de peinture destinée à colorée un objet industriel quelconque pour l’entreprise B, en vente du service de peinture du dit objet. La finalité économique de l’entreprise A était de vendre le maximum de pots de peinture et est devenu en consommer le moins possible pour un résultat équivalent. C’est gagnant – gagnant ! Séduisant dans la théorie, mais dans la pratique, ça marche aussi.

Prenons deux exemples, le premier industriel avec Michelin qui a vaincu une résistance au prix en remplaçant la vente du bien par la vente de l’usage du bien (km parcouru au lieu du pneu). Elle l’a fait en ajoutant un service : gestion du cycle de vie, conseil et maintenance. 300 000 véhicules sont aujourd’hui en gestion selon le site cité en début de post.

Le second exemple peut aussi concerner le particulier (je suis consommateur de ce service) et concerne une nouvelle fois la voiture. Pourquoi payer l’entretien (l’assurance, les pneus, la sur-consommation de carburant…) d’une grosse voiture au quotidien alors que la véritable fonction « routière » n’est utilisée que 4 à 5 fois par an pour les vacances et la visites des amis auvergnats ? La solution est donc de s’appuyer sur un service de location de voiture (exemple de mon partenaire) qui propose des tarifs dégressifs en fonction de l’engagement du nombre de jour de location. Le coût kilométrique baisse, le confort augmente, l’ajustement du véhicule au besoin devient possible (mamie est là ce week-end ? prenons 2 places de plus !). Que du bonheur dans la mesure où on accepte la contrainte de la planification et l’utilisation d’une petite voiture le reste du temps (qui présente l’avantage de consommer 4L/100).


Publié dans CAS D'ENTREPRISES, RESPONSABILITE GLOBALE | Pas de Commentaire »

Lean Management Ressources

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 4 juillet 2011

Vous ne connaissez pas le concept du « Lean Management Ressources » ? Rassurez-vous puisque ce concept est né dans un recoin de mon cerveau à la lecture du dernier ouvrage de Jean-Marc Jancovici (voir post précédent).

Aujourd’hui  - Le management « maigre » (Lean Management) est d’actualité au sein de nombreuses entreprises. Cette méthode (mode de fonctionnement profond, philosophie diront certains) a pour noble objectif de rendre la production (bien ou services) plus efficace en optimisant la structure organisationnelle et opérationnelle. Par efficace, il faut ici entendre, économiquement optimisée avec des données d’entrée actuelles qui sont ce qu’elles sont  (main d’œuvre chère, énergie pas chère, exigences de délais fortes, exigence du flux tendus…).

Demain – L’entreprise performante, dans une économie contrainte en terme de disponibilité en ressources (énergie et matières premières), devra répondre à un certain nombres d’objectifs qui peuvent sembler « originaux » vus de juillet 2011. En effet, on peut s’amuser à imaginer que dans ce monde là :

- le remplacement de l’homme (énergie musculaire) par la machine (énergie fossile pour l’essentiel) deviendra moins « rentable » et donc moins incontournable,

- les flux de matières entrant et sortant seront plus chers et donc que « naturellement » les distances vont se raccourcir dans le triangle « fournisseurs de matières premières – transformateurs – consommateur » (l’essentiel du pétrole est utilisé sur terre pour déplacer des gens ou de la marchandise),

- la rareté impliquant une augmentation « naturelle » (au sens du marché) des prix de vente des biens, leur qualité et durée de vie devront être optimisées pour répondre à de nouvelles attentes des clients (peut-être devrons nous prévoir la réparation des biens ? qui sait ?),

- tous les investissements seront envisagés sous un jour nouveau (des milliers d’euros dans un convoyeur ? A voir : plus d’énergie consommée, plus de dépendance à des experts qui viennent de loin régulièrement, plus de matériaux….)

Bien sur, sans la conviction que le monde de la rareté risque vraiment d’arriver (je veux dire ailleurs que dans les livres de Jean-Marc Jancovici), ces orientations sont hors de propos et en contradiction avec les signaux immédiats du marché. A chacun de se projeter. 

Ce qui est positif, selon moi, c’est qu’en conjuguant nos savoir-faire méthodologiques (LEAN, Bilan Carbone, Eco-conception…) et surtout en associant les compétences déjà existantes en entreprises sur ces sujets, nous ne sommes pas « nus » pour relever les défis à venir. Vive le Lean Management Ressources ! 

Publié dans HUMEURS, RESPONSABILITE GLOBALE | 1 Commentaire »

Changer le monde avec Jean-Marc Jancovici

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 1 juillet 2011

Je dois bien avouer, avant tout commentaire sur le dernier livre de Jean-Marc JANCOVICI, que je suis personnellement très attaché à l’avis de cet homme, concepteur de la méthode Bilan Carbone et qui, quoi qu’on puisse penser de ses positions; sait les argumenter de manière très rationnelle. A ce titre, son site est une mine d’informations : www.manicore.com à recommander à toute personne se posant des questions sur la problématique Climat-Energie.

Changer le monde, tout un programme ! 

Jean-Marc JANCOVICI semble, dans la première partie de son livre, se désespérer de répéter les mêmes choses… mais il remet le couvert à la veille des élections de 2012 pour jouer son rôle de « lobbyiste ».

En deux mots, le fil conducteur de son  raisonnement : notre dépendance à l’énergie fossile et notre accoutumance à sa disponibilité « quasi-gratuite » (ses démonstrations sont solides) est un péril écologique, économique, financier et surtout démocratique que nous ferions bien de regarder plus attentivement. La priorité selon lui : « décarboner » notre économie et pour se faire revoir les référentiels de nos habitudes et investir… mais exactement où il faut !

Pertinent (les « équivalents esclaves » cachés derrière l’énergie que nous consommons au quotidien marquent les esprits), dérangeant (il reste dans le contexte du moment un franc défenseur de l’énergie nucléaire et il est méprisant quant à la pertinence du développement des énergies éoliennes et solaires) , percutant (les « purs » écologistes doivent apprendre parler « argent » et « moindre risque » pour servir leur cause)…

J’admire la qualité des références et je suis « fan » de l’humour si caustique qui caractérise le personnage. Pour autant, rien de bien neuf par rapport à ces deux précédents livres (sauf le récit intéressant de son aventure avec Nicolas Hulot lors de sa participation à l’écriture du Pacte Ecologique.) , mais je crois aussi avoir compris que ce livre n’est pas écrit pour les « convaincus », il a l’ambition plus large de toucher les curieux « non initiés ». Pas sur que le discours puisse convaincre tant les chantiers affichés sont gigantesques…

Publié dans ACTUALITE, GES, LECTURES, RESPONSABILITE GLOBALE | Pas de Commentaire »

OSESOL propose un nouveau concept de centrale solaire… aquatique !

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 13 juin 2011

OSESOL, nouvelle filiale d’OSERIS « jette un panneau dans la mare » en proposant un concept inédit de centrale photovoltaïque aquatique flottante.

Oséris 

Jusqu’à présent, et c’est plutôt surprenant, il semble qu’aucun dispositif n’ai été vraiment conçu pour l’exploitation solaire des surfaces aquatiques. Le concept est donc prometteur, notamment pour les stockages d’eau artificiels qui ne manquent pas.

La promesse économique est elle aussi attractive puisqu’il est envisagé un prix de revient du Kwh produit bien inférieur aux standards actuel du secteur : 0.15 € / Kwh !

Article et Interview : http://www.paysud.com/Bientot-des-centrales-photovoltaiques-sur-des-plans-d-eau_a1538.html

Publié dans ACTUALITE, CAS D'ENTREPRISES, INNOVATION, RESPONSABILITE GLOBALE | Pas de Commentaire »

Le Plan B – un film pour « Sauver la Civilisation » !

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 13 juin 2011

Un film de plus http://video.pbs.org/video/1864227276/  qui a le bon goût d’être d’accès libre mais réservé aux anglophones.

Il rappelle le style américain type « Une vérité qui dérange » mais se veut dans le fond « Global » sur les sujets abordés (énergie, climat, accès à la nourriture, à l’eau…).

Le monsieur aux cheveux blancs qui se promène en baskets et noeud papillon autour du monde est Lester Brown. Pionnier des recherches sur le développement durable, il a été l’un des premiers, et des plus prolifiques, à écrire sur les problèmes liés à l’écologie. (A lire notamment le Plan B 3.0). Il est le fondateur de l’institut Worldwatch ainsi que du Earth Policy Institute, organisation non gouvernementale basée à Washington D.C.. Il est l’une des principales sources d’inspiration des travaux du « Grenelle de l’Environnement »

Le Plan B - un film pour

Le film n’apporte pas forcément beaucoup plus que ceux qui l’ont précédé dans sa première partie. Difficile de traiter une approche Globale dans un film destiné à vulgariser les enjeux pour le plus grand nombre…

Pour les moins courageux, le détail du « Plan B » (le plus intéressant selon moi) commence à la 51′, et plus spécifiquement sur le volet « Gaz à Effet de Serre » à l’heure de film (les énergies dans la foulée). Quelques belles images (notamment à l’1h10′ : Areva n’a qu’à bien se tenir !)…

Le problème avec ces films américains, c’est que l’Europe est tellement directement ou indirectement prise en exemple (le film d’animation présentant notre futur ressemble un peu à Nantes !) que l’on pourrait penser que c’est aux autres de bosser !

Publié dans RESPONSABILITE GLOBALE, TRANSITION, VIDEOS | Pas de Commentaire »

Lu pour vous : Responsabilité Globale – André Sobczak

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 12 juin 2011

Sous-titre : « Manager le développement durable et la responsabilité sociale des entreprises« 

La responsabilité globale de l'entreprise

Ce livre a été écrit par André Sobczack, enseignant chercheur à Audencia (Nantes) dont le blog est régulièrement alimenté d’informations de première main : http://www.responsabiliteglobale.com/

L’entame de ce livre ne s’est pas faite sans appréhension, le risque de se perdre sur un sujet aussi large étant la règle dans ce type d’ouvrage. Je n’ai ce coup-ci pas perdu mon temps en lisant ce livre réfléchi, positif et surtout très pédagogique. On ressent bien qu’il a été écrit pour des enseignants, futurs courroies de transmission de notions quand même relativement neuves.

J’ai particulièrement apprécié la multitude d’illustrations et de témoignages qui sont diffusés tout au long de l’ouvrage et suis personnellement très heureux de retrouver les réussites de mes connaissances locales  »en vitrine » (Bravo notamment à l’équipe d’Armor de toujours savoir valoriser son expérience Clin doeil). Les références bibliographiques sont aussi à forte valeur ajoutée.

J’en ressors, sur le fond, conforté sur de nombreux points, notamment sur le sujet de l’intégration capitale des Parties Prenantes au Management de l’entreprise, sujet qui me parait personnellement être la vraie valeur ajoutée du référentiel ISO 26000. J’en ressorts aussi enrichi de nouvelles idées (le mécénat de compétences…).

Pas vraiment de reproche à faire à ce livre que je recommande chaudement, si ce n’est sa « gentillesse » et la volonté assumée d’accompagner positivement le changement. J’ai aimé ce livre mais il ne m’a pas « dérangé »… Mais comme ma prochaine lecture sera le dernier bouquin de Jancovici, je pense que mon envie d’être « secoué » va être satisfaite !

Publié dans LECTURES, RESPONSABILITE GLOBALE | Pas de Commentaire »

Le rapport Développement Durable 2010 de l’Ecole des Mines de Nantes vient de paraitre

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 12 juin 2011

Le rapport « Agenda 21 – Développement Durable 2010 » de l’Ecole de Mines de Nantes vient d’être mis en ligne.

Un résultat réussi, dans la continuité des rapports précédents, pour un exercice difficile et énergivore.

Je lui reconnais notamment de la clareté, de l’honnêté dans les constats présentés (pas une « simple » valorisation de ce qui marche) et une grande richesse dans les témoignages des Parties Prenantes… de la Transparence en quelque sorte !

La modeste Partie Prenante que je suis, veux bien contribuer au titre de la cible « % de parties prenantes qui considèrent l’EMN comme un exemple à suivre » et valider les efforts déjà engagés et ceux qui vont suivre.

Une seule réserve à la lecture de ce rapport : Comment la contribution significative de l’EMN à la vie du Club Carbon’At a-t-elle pu être oubliée à la page des « partenariats stratégiques »?

Je blague bien sur, Bravo.

Publié dans A L'OUEST, CAS D'ENTREPRISES, LECTURES, RESPONSABILITE GLOBALE | Pas de Commentaire »

12345
 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social