« Twittèse » de ce premier semestre : l’actu au mixeur

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 1 août 2013

Ma toute récente incursion dans le monde de la communication en 140 caractères (@DotheeJLuc) a, je m’en rend compte, impacté sur ma manière de penser l’information. Brute, courte, souvent non vérifiée (et donc souvent fausse et toujours partielle), cette information « twittée » m’a-t-elle laissée quelque chose après 6 mois de fréquentation régulière ? Je me suis essayé à une synthèse des sujets marquants sous l’angle de l’association de tweets. Sources citées systématiquement en début de phrases (mes propres messages font le plus souvent référence à une source externe précisée le cas échéant).

 

Intérêts divergents – « de l’eau dans le gaz »

@Enerpress // Vallourec tire parti de ses solides positions de marché dans les bassins schisteux riches en hydrocarbures aux Etats-Unis (Ph Crouzet)

@Enviro2b // Limogeage de Delphine Batho : Jean-Marc Ayrault et Vallourec dans le viseur

@Lepoint // Et Montebourg inventa le gaz de schiste écologique !

Électrocution programmée du consommateur d’énergie particulier… et une ébauche de solution

@Leparisien // La facture énergétique a augmenté de 200 euros en 2012

@DDline2020 // Le prix de l’électricité augmentera jeudi de 5%

@EnergiePartagee // Énergie Partagée lance une 2ème souscription pour investir dans les projets locaux d’énergie renouvelables

Énergie toujours. Quand on n’a pas de pétrole…

@EnerPresse // Ignoré dans le DNTE [Débat national sur la Transition Énergétique] le pétrole représente toujours la première forme d’énergie consommée en France (42% en 2012)

@DotheeJLuc // Impact de la baisse de vitesse de 10km/h sur autoroute ? 1.5 million de TEq CO2 en première approximation. http://dothee.unblog.fr/2012/09/06/pourquoi-pas-1-changer-les-limitations-de-vitesse-sur-autoroute/ …

Financements innovants…

@RKaroutchi //  Souscription UMP:9,2 millions ce soir,450000 euros de + en 24 h.. Merci a tous [...]

@DotheeJluc // Quand la NEF se met au Crowfunding ça donne @PretdechezMoi  : Innovation non techno à fort potentiel de transition ! http://www.pret-de-chez-moi.coop

Nouveaux modes de consommation

@TerraEco // Depuis 2012 le bon coin a vu son effectif passé de 70 à 200 salariés

@DotheeJluc // Ellen MacAthur nous explique l’économie circulaire https://www.youtube.com/watch?v=Ldw7wflEiv8 … via @AlderaneConseil

Et pendant ce temps là, ça chauffe toujours

@lemondefr // La première moitié de l’année 2012 est la plus chaude de l’histoire des Etats-Unis http://lemde.fr/TJVm6c

@20minutesplanet // France: 2011, l’année la plus chaude depuis 100 ans http://bit.ly/vzaB7i

@DotheeJluc // « Mangez votre glace avant qu’elle fonde »… L’antarctique s’amincit par le fond. http://www.nationalgeographic.fr/4420-lantarctique-samincit-par-le-fond/ … via @Cinetielle

Quand la loi s’en mêle

@Marianne2fr // Sus au banquiers 2.xfru.it/3KuzVj   [Le Parlement de Westminster a rendu son rapport : les « banquiers sans scrupule » pourraient dorénavant être traduits devant les tribunaux. ]

@DotheeJLuc // Éclairage très intéressant : le reporting RSE reg. pourrait limiter le Green-washing. Menteurs marketeurs en danger ! http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/politique-economique/221177298/fini-temps-postures-promes …

Vitesse ferroviaire en question : quelle pertinence au toujours plus vite ?

@le_Parisien // Espagne : le bilan de l’accident de train monte à 79 morts

@Le_Figaro //  TGV : les investissements ont-ils été trop privilégiés au détriment des lignes classiques ?

Quand les références de mon enfance montrent le chemin des innovations d’aujourd’hui

@virg_garin // La première imprimante 3D a été inventée par le prof Tournesol en 1972. (Tinitin et le lac aux requins) pic.twitter.com/qzfxnRaO9K

@DotheeJLuc // Après le SOLARIS, navire solaire des Cités d’Or, voici GREENHEART. La navigation de demain ? http://bit.ly/1aXJloL  pic.twitter.com/CYtePtvhcc

 

et pour terminer le toujours dérangeant Edgar Morin : @edgarmorinparis // Nous vivons à la surface de nous même

 

 

Publié dans HUMEURS, TWITTESES | Pas de Commentaire »

Mobilisons nous…

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 22 juin 2013

Définition :

Mobiliser : Rassembler toute son énergie, toutes ses forces pour l’accomplissement de quelque chose ; être motivé et prêt à agir

A priori une « mobilisation » s’adresse à la population au sens le plus large pour agir sur une cause majeure. Si on tape « mobilisons nous » sous Google, en première page on trouve les références de sites de l’Institut National du Cancer, France Alzheimer, de syndicats…

Mobilisons nous... dans A L'OUEST autoroutea8319074764

Tout ça pour dire que j’ai été perturbé hier par la campagne d’affichage actuelle du Conseil Général de la Vendée. On y voit une autoroute et le texte : « A831 : Mobilisons nous – l’autoroute de l’emploi » en surimpression. L’objet est de communiquer sur la construction de la potentielle future autoroute A831 entre Luçon et Rochefort (projet peut-être pertinent par ailleurs, c’est pas le sujet). Ce qui me titille, c’est l’utilisation du mot « mobilisation », l’affichage d’une priorité absolue d’un territoire pour… construire une route de plus. C’est bien loin des enjeux de transition de notre époque me semble-t-il.

Quand dans un même temps le Nord Pas de Calais se « mobilise » pour une « troisième révolution industrielle » (lien), cette affiche laisse penser que mon département adoré en est resté aux enjeux du vingtième siècle ; à savoir construire des routes et encore d’autres routes (au détriment des espaces cultivables notamment, de la faune et j’en passe…).

Heureusement, je sais que cette image renvoyée par cette campagne de com’ est fausse. Au delà des efforts pour développer des modes de transports « doux » (lien), la Vendée est dynamique et innovante sur de nombreux sujets (lien, lien et encore lien).

Savez-vous que va être lancé la semaine prochaine au Sables d’Olonne le projet SMART GRID VENDEE ? (ci-dessous). La Vendée (en fait ERDF et le SYDEV notamment) va en effet déployer une expérimentation territoriale des réseaux d’énergie « intelligents » qui pourrait contribuer à un vrai changement d’échelle dans l’usage de cette technologie toute neuve. C’est une initiative unique en France.

Là, je suis fier et me dit que la Vendée est dans le mouvement de la Transition.

 capture8 dans HUMEURS

Publié dans A L'OUEST, HUMEURS | Pas de Commentaire »

Réflexion post crise Chypriote : et si on recréait des banques « Lucky Luke » ?

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 25 mars 2013

Une partie importante de nos problèmes semble venir d’un système bancaire défaillant ; ce dernier ayant eu trop tendance à abuser du pot de confiture (le doigt, la main, le bras…). A force de critiquer les banques pour leur mauvaise gestion et leur vénalité, je me dis que c’est trop simple… Je n’aime pas quand le coupable est trop simple à trouver dans les romans policiers que je lis.

Il y avait un loup… et j’ai trouvé : NOUS sommes tous coupables ! Qui demande des intérêts à son épargne et met en concurrence les établissements banquaires pour que son argent rapporte 2%, 3%, 4% , 5% (et ainsi de suite jusqu’à 10 à 15% pour le cas chypriote) sans aucune contre-partie ? C’est nous !

On trouve normal que notre argent produise de l’argent et pour tout dire, on n’a pas vraiment envie de savoir ce qui se passe derrière le guichet. Comment ce miracle de la multiplication des euros se produit ne nous intéresse pas…

Rappelons qu’initialement la monnaie était un moyen d’échanger des biens et des services. Par définition, la monnaie doit circuler, sinon le système ne fonctionne plus…

Je ne verrai donc pas d’un mauvais œil que nous, consommateurs de base, ayons le courage de demander un nouveau service à nos banques. On pourrait appeler ça la banque « Lucky Luke ». Le principe serait que « La » banque garde notre argent, garantisse que nous pourrions le récupérer à tout moment et en échange : on ne récupère aucun intérêt. C’est quoi cette histoire qui fait que l’épargne doit rapporter ?

« Intérêts » de la fin des intérêts : moins d’épargne = plus de consommation (reste à voir ce qu’on en fait de cette « croissance ») = revalorisation des investissements qui ont un long retour sur investissement (ENR, isolation de son habitat…) = revalorisation de la participation directe des particuliers dans le capital des entreprises = meilleur compréhension du fonctionnement des entreprises car tout le monde est actionnaire…

Réflexion post crise Chypriote : et si on recréait des banques « Lucky Luke » ? dans ACTUALITE 08-lucky-luke-tous-a-louest

 

Au fait, des banques comme la NEF (voir lien post précédent) propose que les intérêts soient reversés à des Associations caritatives ou d’intérêt général.

Publié dans ACTUALITE, HUMEURS | 1 Commentaire »

L’univers d’Hayao Miyazaki

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 16 mars 2013

En ce moment, j’ai besoin d’un peu de poésie dans ce monde de brut (pétrole brut ?)…

et me voilà, avec l’alibi initial de mes filles, plongé dans l’univers de l’auteur japonais de films d’animation Hayao Miyazaki. Je ne le connaissais pas jusqu’en septembre 2012, jour où nous avons visionné en famille le film « Mon voisin Totoro« . J’ai alors découvert un univers poétique, des personnages attachants, des dessins simples (aux antipodes des animations Pixar bodybuildées) et pourtant d’une grande beauté. Je recommande ce dessin animé en particulier à tous les parents.

Je n’ai pas vraiment honte d’avouer avoir acheté par la suite « Princesse Mononoké » et « Nausicaa, la vallée du vent« .

 

L'univers d'Hayao Miyazaki dans HUMEURS capture5

J’ai alors découvert de nouveaux univers passionnants et une référence récurrente à la destruction de la Nature par l’Homme. Entre résilience et reconquête de cette dernière, difficile de ne pas y trouver son compte quand on pense que nous devrions être plus à l’écoute des alertes en tout genre… Ça métaphorise à tout va ! Avec une forte insistance sur l’arme absolue. Quoi de surprenant quand on sait que l’auteur, avait 4 ans au moment où les bombes atomiques ont touché le Japon.


Un monde d’enfants, où souvent les femmes dominent les hommes, où les espaces naturels et les animaux, qui les peuplent, transmettent des messages tout à fait transposables à notre « vraie vie ». Vraiment, je suis sous le charme. Un moyen de prendre un peu de distance avec notre réalité et peut-être de l’assimiler.

Publié dans HUMEURS | Pas de Commentaire »

Réflexion personnelle sur notre pauvreté relationnelle…

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 5 mars 2013

Trois évènements personnels récents me font penser que quelque chose ne tourne pas rond dans notre relation à nos semblables.

Premier évènement. Il y a un mois environ, à l’occasion de l’une de mes fréquentes virées ferroviaires, je me suis retrouvé dans un TER « détourné » de son parcours pour raison technique. Ce petit évènement sans importance a eu une conséquence significative sur la suite de ma journée. Mon « Saint-Pierre-des-Corps / Moulin » se trouve en effet détourné par Orléans et me voilà en pleine gare répondant à l’appel de la petite dame du haut-parleur, au guichet central, pour me voir exposer mon problème : mon train partira à l’heure mais n’arrivera pas à l’heure. Nous sommes quatre à nous retrouver, bêtement inquiets, dans la même situation : une grand-mère d’âge honorable et d’une grande bienveillance, une jeune réunionnaise frigorifiée en stage à la métropole et un jeune clermontois pas très content de son sort… La difficulté du moment nous a rapproché et une certaine solidarité s’est naturellement exprimée. Nous avons voyagé ensemble, avons causé de tout et de rien, avons beaucoup rigolé. Une belle tranche de vie. Une évidence : quand tout va bien et que mes écouteurs sont fixés dans mes oreilles, je ne communique pas ou peu avec mes voisins bipèdes. Pourquoi nous ignorons nous ?

Second évènement. Je lis actuellement un livre qui se nomme « Manifeste pour le bonheur » de Stefano Bartolini. Parmi les nombreuses réflexions dérangeantes de ce livre que je commenterai peut-être prochainement sur ce blog ; un constat qui sonne comme une évidence : l’augmentation de la richesse économique individuelle de ces dernières décennies s’est accompagnée d’un appauvrissement de la richesse relationnelle et n’a pas augmenté notre bonheur d’occidental. En effet, le bonheur mesuré par différentes méthodes (enquête de perception ou fréquence des troubles psychosociaux)  ne  cesse de baisser (base US). Un système de compensation se mettrait en place et certains chercheurs ont même calculé la valeur supplémentaire que doit réunir la personne en situation de « pauvreté relationnelle » (155 000 dollars par an pour un solitaire…). Gagner plus pour compenser notre pauvreté relationnelle ! Il y a peut-être un truc qui cloche.

Troisième évènement. Un petit film qui parle de lui-même et résume bien l’esprit de ce post. 10 minutes pour prendre conscience de notre pauvreté relationnelle, dans la bonne humeur. (Merci Khadija pour le lien).

Lien sur l’image

Réflexion personnelle sur notre pauvreté relationnelle… dans HOMMES capture

Publié dans HOMMES, HUMEURS | 1 Commentaire »

700 000 personnes dans la rue…

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 18 janvier 2013

700 000 personnes sont descendues dans la rue il y a une semaine pour protester contre la perspective que des personnes de même sexe puissent se marier. Mon avis sur le fond de ce sujet n’a aucune importance et ce n’est pas l’objet de ce post. Par contre, je me permets une approche différente. Une réflexion qui me trouble vraiment : Pourquoi donc, sur des sujets vraiment vitaux, sommes nous incapables de mobiliser les troupes à la même échelle ?

Sans minimiser l’importance du sujet pour les 45% des français opposés à ce projet de loi; que représente la reconnaissance légale du mariage entre homosexuels devant les millions de réfugiés climatiques qui s’annoncent, le changement radical de mode de vie qui nous sera forcement imposé sur le moyen terme au regard de la raréfaction des énergies fossiles (et matières premières les plus rares), et je ne parle pas de la disparition pure et simple d’une part significative de la biodiversité de notre planète Rien ou pas loin de mon point de vue.

Les modalités techniques de l’union marital contribue surement à notre code de conduite social, mais ne s’agit-il pas d’un micro-élément de l’ensemble des composantes de nos modes de vie ? Du coup, je me demande bien quels sont les critères de priorisation de mes concitoyens dans le choix des sujets « méritant un engagement fort » de leur part.

Quatre éléments d’explication me viennent à l’esprit :

1- ce sujet est simple et « clivant ». Un avis sur le sujet est binaire, facile. On est pour ou on est contre; en fonction de sa religion ou son engagement politique, son histoire familiale… Pas besoin d’un expert pour se forger son opinion.

2- les médias ont « choisi » d’exploiter ce sujet jusqu’à la moelle car il est facile à illustrer et satisfait à l’instinct basique de voyeurisme du commun des mortels. Combien de reportages sur les enfants élevés par un couple de femmes ou d’hommes ? les filières belges d’insémination artificielle ? On force ceux qui n’avaient pas d’avis à s’en faire un.

3- c’est notre État qui décide de cette loi. On maitrise le sujet à notre échelle et on n’a pas à négocier avec l’ONU, l’Europe et je ne sais quelle autre institution lointaine pour décider de ce qui sera. Un sentiment de maîtrise d’un bout du destin de son pays. Rassurant quand l’économie, la finance, l’Europe (…) partent en vrille pour des raisons complexes. L’engagement parait peut-être alors plus utile.

4- le poids des traditions ? quand le futur est incertain on se raccroche à ce que l’on croit immuable (alors que pragmatiquement récent à l’échelle de la présence de l’homme sur Terre).

Bref, plein d’arguments expliquant le fait que jamais nous n’aurons 700 000 personnes dans la rue pour exiger un déplacement de la fiscalité du travail vers la pollution, une transition énergétique franche et cohérente, la fin des subventions aux énergies fossiles sous forme de défiscalisation du carburant aérien par exemple (…). Ce sont des sujets compliqués, nuancés, nécessitant le positionnement d’experts, des décisions internationales, sans précédents dans l’histoire et que les parties politiques et instances religieuses n’ont pas mis en tête de chapitre de leurs priorités. En plus, le train médiatique est déjà passé une fois ou deux (Hulot, Copenhague…) et il semble que les sujets des ressources et du réchauffement climatique soient déjà « usés ».

Dommage. Ma conviction est qu’à l’épreuve du temps, nos « suivants » se rappelleront forcement des générations 1950/2050 qui auront « grillé » l’essentiel des stocks de ressources à leur dépend mais surement pas du moment ou les homosexuels ont eu le droit de se marier. ça se discute surement…



Publié dans HUMEURS | Pas de Commentaire »

Les mayas avaient raison…

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 22 décembre 2012

Les mayas avaient raison ! Nous sommes bel et bien en train de changer de cycle.

Les vérités d’hier ne seront plus celles de demain sur bien des sujets :

  • A commencer par la place de l’Homme dans l’entreprise. Les modes de Gouvernance évoluent, les collaborateurs (qui ne sont plus forcement salariés) ont des attentes différentes. Le management participatif est une réponse à la perte de confiance constatée entre les différentes strates de l’entreprise.
  • Trouver notre place, nous devenus « petits » européens dans un Monde qui change de leaders. Nous avons à la fois une responsabilité en tant que précurseur de la seconde révolution industrielle (lien) et nous avons aussi à apprendre des « BRICS » en ce qui concerne le dynamisme et la volonté d’avancer (lien).
  • Et notre relation à l’énergie ? Sujet majeur de ce blog. Les débats citoyen (lien), les innovations technologiques ou structurelles (lien). On avance sur le sujet, même s’il nous reste à nous affranchir du monde d’avant (lien) pour passer aux choses sérieuses. Nous pouvons franchir un cap.
  • Les modes de  consommation changent (et doivent changer). De la lutte contre l’obsolescence programmée de nos produits (lien), à l’achat de service remplaçant le bien correspondant (lien). Saurons nous être innovants ?
  • Je n’ose aborder le cas « réchauffement climatique »,  que nous n’avons pas encore décidé de prendre au sérieux (lien). Ce n’est pas vouloir faire peur que de signaler que le risque pris sur le sujet est énorme.

Les mayas avaient raison... dans HUMEURS capture6

Intégrer ce contexte, c’est nous préparer à changer nos modèles et produire de la valeur ajoutée différemment (lien). Et nous ne partons pas de rien. 2012 a été pour moi rempli de messages positifs : Rifkin et sa troisième révolution industrielle, Rifkin et sa vision empathique de l’Homme, mon territoire en mouvement (Chaire, Transition Energétique, Carbon’at), des tas de personnes de bonnes volontés qui veulent contribuer au changement… Nous n’avons (pas encore) à être désespéré mais il ne faut rien lâcher. 2013 est riche d’évènements : suite et conclusions des débats sur la transition énergétique, des rendez-vous portés par Carbon’at (lien), la publication du rapport du GIEC… Il ne tient qu’à nous de faire bouger les lignes en travaillant localement.

Je vous souhaite donc, pour cette nouvelle année qui s’annonce autant que pour le nouveau cycle maya qui vient de commencer,  une joyeuse transition : riche de nos expériences et vierge des modèles que nous n’avons pas encore créés. C’est excitant !

Pour finir l’année dans la bonne humeur, et pour nous prouver que nous pouvons faire des choses bien ensemble, une petite vidéo qui donne la pêche. L’homme serait-il fondamentalement bon ? J’ai envie de le croire…

Bonnes fêtes de fin d’année à tous.

Jean-Luc

Publié dans HUMEURS, VIDEOS | Pas de Commentaire »

Bilan d’étape : 30 000 visites sur ce Blog

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 25 novembre 2012

Bientôt 30 000 visites sur ce Blog après une année et demi de vie. C’est un compte rond, alors je fais un petit point, comme je l’ai déjà fait en mai dernier

 Bilan d'étape : 30 000 visites sur ce Blog dans HUMEURS 30-000-hits

Pas question de faire un autosatisfaisit : ce blog contribue bien trop modestement à notre nécessaire transition énergétique, environnementale, sociétale, morale… « globale » quoi ! Engagé mais rationnel et réaliste, je continue sur la même ligne éditoriale : on est moins bête quand on lit, qu’on s’informe, qu’on croise les données. Je ne prétends pas détenir une quelconque vérité. Le monde est complexe mais ce n’est pas raison pour laisser aux « autres » le soin de décider de notre avenir.

Je me positionne aujourd’hui dans une perspective « d’actions sans révolution. Changer sans casser« . L’histoire nous a montrer qu’une chute de civilisation était toujours suivie d’une période de disette peu enviable pour nos enfants. Nous détenons la connaissance et les clefs pour changer dans la continuité. Utopique surement, mais j’ai pas mieux en magasin pour le moment.

Ne comprenant toujours pas pourquoi les posts les plus insignifiants sont les plus lus, je veux par ce post réorienter le lecteur vers les articles de ces derniers mois qui ont le plus de sens, à mon avis. A vous de voir.

- petite proposition simple pour alléger notre facture énergétique : lien vers le post sur la baisse des limitations de vitesse sur autoroute

- petite réflexion sur ce que nous, citoyens de l’occident, sommes et sur ce que nous pourrions être : lien

- identification d’un problème certain pour le climat, affiché comme une bonne nouvelle pour nos amis américains : lien vers le post sur la (re)naissance d’une puissance énergétique mondiale

- j’ai adoré le livre de J. Rifkin sur la Civilisation de l’empathie, mais je vous recommande surtout la mise en ligne d’animations l’illustrant : lien

- explication de ce qu’est la subvention aux énergies fossiles : lien

- dans les catégories, les volets « Vidéos » et « humour » sont nouvelles

- mes commentaires de lectures restent mon principal investissement temps (déjà 25 lectures, je m’impressionne) : lien sur la catégorie


Merci à mes 2000 lecteurs mensuels.

Publié dans HUMEURS | Pas de Commentaire »

Ce qui nous caractérise…

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 26 octobre 2012

Mes lectures de ces derniers mois (mais aussi mes échanges, mon récent passage au CHEDD…) me poussent à la fois à être critique vis à vis de certains des travers de notre civilisation occidentale et m’ont offertes une visibilité nouvelle sur des solutions et orientations sociétales que je n’avais pas vraiment envisagées.

Un dessin valant plus que les mots, je me suis essayé à la représentation graphique de 4 de nos caractéristiques « reprochables » et  des 4 éléments qui pourraient nous caractériser dans un mode de vie plus « durable ». Bien sur, tout ceci est partiel, arbitraire et simpliste. Ce ne sont que des pistes de réflexion…


 Ce qui nous caractérise... dans HUMEURS capture15

 

 

 

capture14 dans HUMEURS

Publié dans HUMEURS | Pas de Commentaire »

Le Syndrome « Small is beautiful, big is… »

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 1 octobre 2012

Confronté il y a peu à une opposition de principe concernant l’impossibilité supposée d’une multinationale à contribuer à faire avancer le sujet de la responsabilité sociétale, je me suis trouvé profondément dérangé. Dérangé, car je me suis sentis personnellement « attaqué ». En effet, travaillant régulièrement pour de « grosses entreprises» et ayant la prétention de ne pas faire faire du green-washing, j’ai ressenti le besoin de cette bafouille. Libre à chacun de penser que je défends mon gagne-pain ou ma bonne conscience bien entendu.

La question qui s’est posée est la suivante : les valeurs du développement durable peuvent-elles être portées par les « grosses entreprises », soupçonnables de manipulations des masses au profit de l’intérêt mercantile de quelques privilégiés et aux dépends des consommateurs ?

Je traduis les arguments entendus de la manière suivante : « c’est un non-sens de s’intéresser à un petit bout  l’impact de l’entreprise (un impact environnemental en l’espèce) sans remettre en cause la globalité des enjeux de cette activité », prolongé en «  La finalité de la production en question est-elle cohérente avec les enjeux même de la notion de développement durable ? » et finalement « Pourquoi perdre son temps à écouter la multinationale présenter son approche partielle alors qu’il faudrait œuvrer à la faire évoluer (disparaitre ?) ». Pleins de questions que l’on ne poserait pas à une petite structure.

Je reconnais sans difficulté que la priorité d’une entreprise « engagée » est de remettre en cause la finalité de son activité, d’avoir le courage de dépasser les conséquences et agir sur les causes. J’ai toujours été en phase avec ça (en promotionnant l‘économie de fonctionnalité par exemple) mais la violence du rejet que j’ai observé, me force à nuancer cette vision idéale :

1-      Les hommes et femmes qui travaillent sur les sujets sociétaux dans ces structures contribuent à leur niveau à les faire évoluer en augmentant la compétence disponible sur des sujets bien souvent considérés pendant des années comme secondaires. Surtout, au-delà de toute évaluation réalisée « à la va vite » sur la pertinence de l’existence même d’une activité donnée, les gens qui la composent, ne peuvent selon moi, pas être tenus responsables des irresponsabilités passées ou présentes, réelles ou supposées, de la « firme » en question.

2-      Il faut bien se dire que le plus souvent, ces acteurs sont à la fois considérés comme des « activistes » en interne et des « green washers » en externe. Je ne crois pas, qu’agir selon ses convictions, ce soit rester chez soi à attendre que le monde change  tout seul. Je ne crois pas non plus à la politique de la table rase. Donc, je crois ces soldats utiles.

3-      Qui a autorité (compétence ?) pour statuer sur la compatibilité des activités d’une entreprise avec les valeurs du développement durable ? Faire des ascenseurs, c’est bien ou pas ? Et des voitures alors ? Est-ce que la notion de plaisir alimentaire est un élément à prendre en compte ou pas ? Même mon métier de consultant  ne me paraît personnellement pas si simple à classer dans la colonne des « compatibles DD »…

4-      Enfin, pourquoi ne pas profiter des énormes moyens de ces entreprises mises au banc des accusés du développement durable (à tort ou à raison) ! N’est-il pas faire preuve de bon sens que d’utiliser les résultats des investissements consentis par ces entreprises pour agir sur leurs impacts ? Ils peuvent déployer des méthodes, tester à de grandes échelles de nouveaux modèles. Je reprocherais plus facilement à une entreprise de ne rien faire plutôt que d’agir, surement trop modestement. Il me semble plutôt pertinent de l’encourager en lui exprimant notre attente de « parties intéressées » : change, on a besoin que tu t’y mettes ! Pourquoi tout rejeter en bloc sous prétexte que nous doutons des intentions du financeur ? Au contraire utilisons ces enseignements et vérifions les avant. Soyons cultivés et critiques (Ça oui, il y a une jurisprudence Monsanto quand même).

Qui croit que nous pourrons réaliser cette indispensable « transition » que j’appelle de mes vœux sans les multinationales qui emploient des centaines de milliers de salariés et ont les moyens de financer d’ambitieux programmes de RetD ? Je suis adepte des actions locales comme les CIGALES, ENERGIE PARTAGEE (…), mais ne rêvons pas, l’action doit être menée sur tous les fronts.

Pardon pour ma naïveté, mais je rêve que nous avons plus à gagner à travailler ensemble que les uns contre les autres.

Publié dans HUMEURS | Pas de Commentaire »

12345
 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social