Retour sur la soirée « Géo-ingéniérie : faudra-t-il en arriver là ? » du 29/4/2014

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 5 mai 2014

Le Collège des Transitions Sociétales invitait (lien) la semaine dernière toutes les personnes intéressées par le sujet de la Géo-ingénierie. C’est un sujet que je Capture 1prenais à la légère en 2011 (lien) et 2012 (lien) mais qui pourrait bien être plus sérieux que je ne l’avais envisagé initialement. D’ailleurs en 2013, le Centre d’Analyse Stratégique abordait les choses sous un angle très intéressant puisque orienté science-fiction (lien). Bref, en trois ans le sujet a pris du corps et justifie bien un déplacement sur Nantes pour savoir quel est le niveau de sérieux de tout cela.

Pour parler de ce sujet, était invité Benoit de GUILLEBON (Directeur de l’APESA) qui a participé à la réalisation d’une étude prospective de scientifiques sur le sujet [le rapport est ligne : lien].

L’introduction contextuelle de la mission en question est reprise ci-dessous :

Capture

En complément, précisons que la Géo-ingénierie englobe toutes les solutions technologiques en mesure de nous préserver des effets néfastes d’un réchauffement climatique trop douloureux (lien vers la synthèse pour les décideurs du dernier rapport du GIEC).

Dans le catalogue des solutions proposées, on distingue deux groupes :

Famille des A- les solutions techniques qui nous permettraient d’extraire le CO2 de l’atmosphère (et donc de le mettre ailleurs sous une autre forme)

Familles des B-  les solutions techniques permettant d’atténuer le rayonnement solaire

 

Dans la familles des « A », on a des solutions très accessibles du genre « augmentation de la surface boisée » qui présente un problème de délais de mise en œuvre et d’échelle d’impact. 

Il y a aussi des propositions effrayantes comme la fertilisation des océans (lien) ou la captation chimique du carbone de l’air. Dans le premier cas, les effets négatifs induits ne sont pas connus et dans le second il faut consommer beaucoup d’énergie (fossiles ?) pour mettre en œuvre le process. A ce stade, je comprends mieux pourquoi l’invitation mettait les shadocks en illustration.

Dans la famille des « B », on retrouve des répartitions équivalentes : du plus simple (mais peu efficace) au plus fou. Dans le plus « simple », pourquoi ne pas peindre tous les bâtiments en blanc ? On diminuerai ainsi l’effet albedo (de manière non significative). Rappelons que la neige renvoie vers l’espace 85% de la lumière reçue contre quelques % pour une surface bitume par exemple; ce qui nous renvoie à une boucle de retro-action positive, cad : plus ça fond, plus il fait chaud et plus il fait chaud, plus ça fond !

Dans les projets fous de nos contemporains pour nous sauver, ce qui tient la corde actuellement, c’est l’émission d’aérosols dans l’air (lien). C’est pas très compliqué et très efficace pour baisser la température. Les effets induits ? Rabats joies !

Je vous passe les projets de miroirs à placer entre la terre et le soleil, les projets destinés à rendre les nuages plus réfractant… car pour l’intervenant du soir, le sujet n’est pas vraiment celui de la faisabilité technique de telle ou telle solution (aucune n’étant démontrée à ce jour, surtout dans une logique « holistique », cad en regardant aussi les effets négatifs induits par ces « solutions »).  

Le problème est plutôt celui de la Gouvernance mondiale sur ce type de projets fous. Il est plus que probable que dès la conférence COP de 2015 (qui se déroulera à Paris), plusieurs états proposeront des actions de géo-ingénierie pour traiter le problème climatique sans corriger notre modèle économique. Aujourd’hui, rien n’empêche vraiment un état de générer un équivalent-Punatubo de son côté sans rendre compte à la communauté internationale. La question de l’Étique est posée.

Cela va être chaud, Paris 2015 !

Le support de présentation de la conférence :

fichier pdf 14-04-29 Géo Ingénièrie Nantes

Ci-dessous le reste de mes illisibles notes (pour archive en fait)

Lire la suite… »

Publié dans GEO INGENIERIE, GES | Pas de Commentaire »

Idée reçue : les arbres jeunes stockent plus de CO2 que les vieux

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 16 janvier 2014

Article issu du Huffington Post (lien)

Plus un arbre est vieux, plus il capture du dioxyde de carbone dans l’atmosphère pour continuer à croître, selon une étude publiée mercredi et portant sur l’impact des forêts sur le réchauffement climatique. Les résultats des travaux, publiés dans Nature, indiquent que sur plus de 400 types d’arbres étudiés, ce sont les spécimens les plus vieux et donc les plus grands de chaque espèce qui grandissent le plus vitCapturee et qui absorbent ainsi le plus de CO2.

Ces recherches contredisent le postulat selon lequel les vieux arbres contribueraient moins à la lutte contre le réchauffement climatique. « C’est comme si pour des humains, la croissance s’accélérait après l’adolescence au lieu de ralentir », a résumé à l’AFP Nathan Stephenson, l’un des auteurs. Les arbres absorbent le CO2 de l’atmosphère, le principal gaz à effet de serre, et le stockent dans leurs troncs, leurs branches et leurs feuilles.

Les forêts jouent ainsi un rôle de puits de carbone, mais jusqu’à quel point elles ralentissent le réchauffement fait débat. « Nous savions déjà que les forêts anciennes stockaient plus de carbone que des forêts plus jeunes », explique Nathan Stephenson. Mais, poursuit-il, « les forêts anciennes ont des arbres de toutes tailles et il n’était pas clair lesquels grandissaient le plus vite, capturant ainsi le plus de dioxyde de carbone ».

Cette étude apporte une réponse claire à cette question: « pour réduire le dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère, c’est mieux d’avoir davantage de gros (et donc vieux, Ndlr) arbres », résume le chercheur. « Cette connaissance va nous permettre d’améliorer nos modèles pour prévoir comment les changements climatiques et les forêts interagissent », a souligné Nathan Stephenson.

Près de quarante chercheurs ont participé à cette étude, qui a analysé des données remontant jusqu’à 80 ans en arrière et portant sur 670.000 arbres de 403 espèces différentes existant sur tous les continents.

 

Conclusion : il faudrait mieux éviter de raser une forêt primaire, même si on plante des jeunes pousses en « compensation ».

Enseignement : au moins, chez les arbres, les séniors sont reconnus plus efficaces…

En complément : post précédent sur le sujet de la compensation forestière (lien)

Publié dans GES, IDEES RECUES | Pas de Commentaire »

Climatumour 2 : 120 secondes – le réchauffement climatique s’accélère

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 12 janvier 2014

Il y a un pile, j’ouvrais une page « Climatumour » (lien), partant de principe que l’on peut aussi faire de la dérision sur un sujet grave. C’est vrai que l’actualité ne me donne pas raison à promouvoir l’idée que l’on peut rire de tout (mais parle-t-on encore d’humour dans le « fait d’hiver » du moment ?). Probablement, que c’est Desproges qui avait raison : « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui »…

Dans la continuité du « Climatumour » de 2013, voici un court programme suisse (lien) que je trouve très drôle, parodiant une intervention d’un savant « promotionnant » la publication du dernier rapport du GIEC. 

Capture

Publié dans GES, HUMOUR, VIDEOS | Pas de Commentaire »

COP19 Varsovie… C’est pas le Brésil !

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 23 novembre 2013

Bon ben voilà, il n’y aura pas d’entente internationale sur le Climat à l’échelle de l’urgence ce coup-ci. Les buts de retard n’ont pas été remontés… Certains joueurs, les arbitres et quelques médias (qui ont brillé par leur absence) n’avaient pas envie de changer les choses…

Le principal point d’accord est de se retrouver pour causer de tout ça en 2014 au Pérou et en 2015 à Paris. L’ONU devient une agence de voyage pour fonctionnaires internationaux inefficaces. J’exagère un peu, un cadre « à minima » ayant été acté à la dernière minute (lien).

Au rang des réactions, c’est varié :

  • L’admirable Commissaire européenne Connie Hedegaard joue dans le registre de l’optimisme «Cela a demandé beaucoup d’efforts, il y a eu beaucoup de drames et des intérêts différents, mais à la fin, les gens ont vu qu’il y avait un vrai risque si nous ne faisions pas les progrès dont nous avions tellement besoin»

  • Pascal Canfin est plus réaliste et surtout conscient du challenge dont la France a hérité pour 2015 : «On a sauvé l’essentiel, on revient de très loin et notre responsabilité est maintenant de construire le premier accord climatique universel jamais adopté».

  • Quand aux réelles victimes des effets du réchauffement climatique, on est plutôt au stade de la dépression : «Cette conférence devait être la conférence des finances», a déclaré à l’AFP le négociateur du Bangladesh, Qamrul Chowdhury, «et tout ce qu’on a, ce sont des cacahuètes».

 

Les grands de ce monde ne se soucient pas vraiment de notre avenir climatique et encore moins de celui de nos descendants. L’urgence est ailleurs de leur point de vue. 

Pas facile de garder confiance. Du coup le dessin de Chappatte de l’époque de Copenhague garde toute sa fraicheur…

 Capture

Publié dans ACTUALITE, GES, MONDE | Pas de Commentaire »

5ème rapport du GIEC : résumé à l’attention des décideurs

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 15 octobre 2013

Je viens enfin de parcourir le résumé provisoire à l’attention des décideurs du dernier rapport du GIEC. Un concentré d’état de la science en une trentaine de page (accessible sur ce lien ).

Je vous propose ci-dessous quelques passages « forts » qui méritent qu’on s’attarde à ce sujet, pas sexy, mais au combien important. Disons même vital à l’échelle de notre espèce. Ci-dessous mon résumé du résumé en 7 points :

1- Pas de doute sur le réchauffement en lui même :

5ème rapport du GIEC : résumé à l'attention des décideurs dans GES capture9capture10 dans LECTURES

 

 

 

2- C’est l’Océan qui trinque le plus pour le moment :

capture11 dans REFERENCES

 

 3- Le doigt semble mis sur le risque très prochain d’une augmentation du niveau de la mer, avec un impact humain potentiel effrayant

capture12

 

capture21

 

 

 

 

 

4- confirmation des augmentations de concentration atmosphériques de gaz à effet de serre et du rôle « d’éponge » des Océans (qui du coup s’acidifient)

capture13

 

capture7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5- Pour la première fois me semble-t-il, le GIEC prend en compte dans son bilan, les facteurs extérieurs comme l’impact des irradiations solaires (principal argument des climato-sceptiques) pour démontrer la faible influence dans le bilan global (graph ci-dessous) :

 

capture14

 6- si vous n’aviez pas encore compris :

capture18

capture16

capture17

 

 

 

 

 

 

7- Enfin, je m’excuse de vous casser la soirée, mais « attendre que ça passe » n’est pas forcement une option…

capture20

Publié dans GES, LECTURES, REFERENCES | Pas de Commentaire »

Le dernier rapport du GIEC vu par Chapatte : no comment

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 28 septembre 2013

Permalien de l'image intégrée

Publié dans GES, HUMOUR | Pas de Commentaire »

Save the date : le 25/10 à Mouilleron-en-Pareds (85) un débât sur les répercussions des changements climatiques

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 26 septembre 2013

Voilà une invitation intéressante, à laquelle je ne pourrai pas participer malheureusement.

Pour s’inscrire : lien

Save the date : le 25/10 à Mouilleron-en-Pareds (85) un débât sur les répercussions des changements climatiques dans A L'OUEST capture11

Publié dans A L'OUEST, GES, SAVE THE DATE | Pas de Commentaire »

L’arbre de la Température : le climat en infographie

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 7 septembre 2013

Ci-dessous une infographie très originale issue du Courrier International 1192. Lien. Un peu compliqué de « rentrer dedans » mais différent des éternels camemberts et graphs Excel.

L’auteur se nomme Samuel GRANADOS.

 

L'arbre de la Température : le climat en infographie dans GES infographie_0

Publié dans GES | Pas de Commentaire »

400 ppm !

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 2 mai 2013

La concentration atmosphérique en CO2 se rapproche des 400 ppm. C’est pas bon.

Une animation qui vaut tous les mots :

 

400 ppm ! dans GES capture3

 

source : lien

Publié dans GES, VIDEOS | Pas de Commentaire »

Idée reçue n°3 (suite) : la voiture électrique est forcemment écologique

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 26 février 2013

Le 10 septembre 2011, j’écrivais un post sur la voiture électrique pour rappeler que d’un point de vue carbone, la voiture électrique est aussi verte que l’énergie que l’on a utilisé pour produire l’électricité en question (lien).

Je prolonge l’article en faisant référence à un post de l’Expansion, bien mieux écrit et argumenté (lien), faisant lui même référence au site « Shades of Greens » (lien) d’où est extrait le graphique ci-dessous. Pour info, les émissions moyennes des véhicules vendus ces dernières années en France tournent autour de 130 g de CO2 par km…

Idée reçue n°3 (suite) : la voiture électrique est forcemment écologique dans GES 20130218203344_Electric-Car-Emissions_

 

« L’étude a pris en compte toutes les causes d’émissions, à la fois dans la fabrication du véhicule et de sa batterie, dans sa consommation, dans la production de l’électricité, dans les pertes en ligne sur les réseaux. Et elle fait le bilan dans vingt pays sur tous les continents.« 

« Les chiffres sont de 3 à 5 fois plus petits pour les pays qui ont un « bon » mix, qu’il s’agisse de la Norvège ou de la Suède avec l’hydroélectricité, de l’Islande avec la géothermie ou de la France avec le nucléaire. »

 

Rien n’est simple… mais ce n’est pas une raison pour mentir !

 

Publié dans GES, IDEES RECUES | Pas de Commentaire »

12345...9
 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social