Elevage, BBC, lasagnes…

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 17 février 2013

Pas facile de faire abstraction du scandale de la fraude à la viande de cheval dans les plats alimentaires (c’est quand même plus une fraude qu’un problème sanitaire semble-t-il…). Du coup, c’est l’occasion pour tout un chacun de remettre en cause notre modèle de consommation carné. Je repense souvent à ce propos, à l’illustration d’un de mes conférenciers préférés (Bruno Parmentier), qui rappelle, avec l’humour qui le caractérise, qu’il a mangé après quelques décennies sur terre ses 4 bœufs et qu’il a décidé de ne pas commencer le cinquième. Selon mes calculs, je ne dois pas être de mon côté, loin de mon second bestiau (à raison de 32 kg de bœuf par an – étude du CREDOC – j’ai avalé 1,8 Tonne de bœuf à ce jour !).

Oui, je pense que notre modèle de consommation de viande n’est pas conforme au « monde de demain » et je pense aussi qu’une viande consommée plus rarement, de meilleur qualité (donc plus chère pour que les éleveurs puissent vivre dignement), est au minimum, une étape nécessaire à notre « transition ». Je parle bien sur des nantis dont je fais parti, qui ont les moyens (et la quasi obligation sociale de ce fait) de consommer de la viande.

Bref, je me permets de mon côté un petit contre pied au regard de l’actualité pour montrer aussi que les pratiques peuvent évoluer en ce qui concerne l’élevage. En effet, ces jours-ci, j’ai identifié deux informations qui intéresseront mes lecteurs passionnés dans un même temps par l’élevage et le sujet énergie / climat (mais si, il y en a…) :

  • Une publication technique tout d’abord sur les Bâtiments d’Élevage Basse Consommation (lien) pour faire écho aux bâtiments BBC pour nous, bêtes humains. 8 pages pour identifier les bonnes pratiques clefs d’un élevage optimal d’un point de vue énergétique. Intéressant, sérieux, technique, concret.
  • La seconde information vient du mensuel « l’usine à GES » (lien) qui relate l’expérience du groupement d’éleveurs Bleu-Blanc-Coeur (BBC ! décidément…). En remettant les vaches à l’herbe (à 80%, complété de lin…), la démonstration aurait été faite que les émissions de GES seraient diminuées de 15% (et le taux d’omega 3 augmenté significativement). Le groupement a même réussi à faire reconnaitre les économies de méthane dans le dispositif MOC (un dispositif du protocole de KYOTO).

 

Rire ne nuisant pas au climat, je ne résiste pas, pour conclure, à partager cette excellente couverture détournée :

 

martine aime les lasagnes Martine aime les lasagnes

 

Publié dans ACTUALITE, ENERGIE, GES, HUMOUR | 1 Commentaire »

Auto-satisfaction de la Direction Générale de l’Aviation Civile

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 10 février 2013

La toute récente publication « des émissions gazeuses liées au trafic aérien » (lien) ne laisse pas beaucoup de place au doute : il ne faut pas s’inquiéter, tout est en ordre en ce qui concerne le transport aérien…

Je suis, vous l’aurez compris, assez critique par le ton de cette publication officielle, rédigée sous l’autorité du Ministère du Développement Durable. Même, si rien ne me permet de remettre en cause la qualité des données communiquées, je trouve l’interprétation qui en est faite trop « orientée » et de ce fait peu crédible.

En insistant sur des indicateurs « relatifs » (émissions rapportées au nombre de passagers transportés), on minore les émissions en valeurs absolues qui explosent (même si elles ne représentent que 6% du bilan carbone de la France si on intègre les vols internationaux). Le système Terre, en terme d’absorption des émissions de GES, ne voit que la valeur absolue.

Chiffres-clés

Je me permets personnellement une approche critique sur les « usages » du transport aérien dans le contexte actuel de débat sur la transition énergétique. Quelle offre pour quel besoin demain ? L’avenir de l’Homme des années 2030 est-il de prendre l’avion comme celui des années 2000 prend sa voiture ? Je ne le crois pas.  Peut-on vraiment laisser entendre que nous avons les moyens de suivre la tendance actuelle ? La publication le laisse entendre et je trouve ça dommage. Rappelons que le carburant de l’aviation civile est contre toute logique concurrentielle détaxé (lien post sur le sujet) et que son « vrai » prix le rendrai inaccessible à la plupart d’entre nous pour les usages courants.  C’est en partie pour ça qu’un vol Nantes-Lyon est le plus souvent moins cher que le billet de train correspondant.

Je n’ai rien contre l’avion, c’est bien pratique pour traverser un océan ! Je reproche seulement à cette publication une vision « déconnectée » de notre avenir « raisonnable ». Un accès toujours plus large au transport aérien de « loisir » et/ou en concurrence à des alternatives moins énergivores n’est pas « raisonnable ».

 

 

La transition c’est maintenant.

 

 

Publié dans ACTUALITE, GES | Pas de Commentaire »

La Fondation Nicolas Hulot innove

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 3 février 2013

Deux actualités intéressantes concernant la Fondation Nicolas Hulot, que j’apprécie pour son effort de lien avec le monde scientifique et économique.

1- La mise en place d’un Think-tank à l’anglo-saxonne qui aura pour mission de proposer les actions et ne pas rester dans l’incantation sur le constat des problèmes environnementaux. Ce « laboratoire d’idées » a déjà produit un avis sur l’équilibrage des prix des taxes sur le Diesel et l’Essence. Ci-dessous, l’introduction du »mentor » :

La Fondation Nicolas Hulot innove dans ACTUALITE capture

2- Autre initiative intéressante en terme de Gouvernance : la Fondation organise l’élection d’un comité consultatif des donateurs, dont trois siègeront au sein du Conseil d’Administration de la  Fondation (lien) et auront donc capacité à influer les axes de travail de la Fondation. Initiative intéressante, extrapolable à d’autres organisations, j’en suis convaincu.

Du coup, j’ai postulé !

Ma bafouille : fichier pdf Lettre candidature FNHv2


 

Publié dans ACTUALITE, VIDEOS | Pas de Commentaire »

Les français et l’environnement : Baromètre d’opinion de l’ADEME

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 8 janvier 2013

L’ADEME met en ligne annuellement un baromètre d’opinion et de pratiques déclarées sur le thèmes « les Français sur les questions environnementales« . Il permet d’observer des tendances. Le parcours de ce document de synthèse ouvre des champs de réflexion intéressants et parfois assez paradoxales.

Premier enseignement, la crise impacte sur les pratiques (il faudrait arrêter d’appeler « crise » ce que l’on vit actuellement du fait de la continuité temporelle. Une crise a un début et une fin, et il y a peu de chance de vivre un retour à la situation initiale… c’est mon avis…). La crise donc, impacte clairement sur les retours des sondés. Par exemple, quand on investit (de plus en plus rare), on cherche avant tout à diminuer sa facture en énergie (avant de sauver les ours polaires). Globalement, le problème « pollution » est logiquement perçu moins prioritairement dans une période de chômage élevé.

Les français et l'environnement : Baromètre d'opinion de l'ADEME dans ACTUALITE capture3

Je retiens aussi que le climato-scepticisme n’a plus cours. Seulement 24% des interrogés estiment que les scientifiques sont alarmistes. C’est plutôt une bonne nouvelle et rejoint la prise de conscience constatée aux US sur le sujet.

capture4 dans REFERENCES

Malheureusement, du contexte anxiogène, les français semblent en tirer une conclusion désespérante : profitons du moment présent tant l’avenir est sombre !

« Le plaisir de court terme est une priorité… Face à ces préoccupations et compte tenu de la difficulté à adopter une vision de long terme, les Français ont tendance à se réfugier dans un hédonisme de courte durée : 8 Français sur 10 font du plaisir une priorité dans leur vie, et ce parti pris ne montre aucune tendance à la réduction »…

« La consommation reste l’une des voies par laquelle ils répondent à ces aspirations. Le sentiment général d’érosion du pouvoir d’achat ne remet d’ailleurs pas en cause le désir de consommer. Les pratiques de consommation évoluent ainsi, tout en associant le plaisir à la contrainte budgétaire. Si l’on interroge les Français sur ce que signifie pour eux « consommer mieux », ils répondaient « consommer moins » à 58 % en 2008, contre seulement 54 % aujourd’hui. Cet attrait pour la consommation s’exprime notamment à travers
leur goût croissant pour l’innovation »

capture5

De deux choses l’une, soit c’est du fatalisme (ce qui ne va pas beaucoup nous aider à agir), soit c’est l’incompréhension face aux enjeux (exemple). Je propose de convaincre les premiers qu’un avenir joyeux reste possible et informer les seconds des nouveaux modèles (et produits) en cours de déploiement. 

Publié dans ACTUALITE, REFERENCES | Pas de Commentaire »

Actualité : ouverture d’un compte Twitter

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 2 janvier 2013

Je me suis laissé convaincre que je ne pouvais pas vivre sans gouter au plaisir de la connexion illimitée au monde des réseaux sociaux. Il faut (probablement) utiliser les outils de son temps et donc j’ai choisi d’investir le champ gigantesque du petit oiseau bleu. Au delà de cette approche un peu « subie », je crois que ma veille n’en sera qu’améliorée.

A suivre sur Twitter donc en 2013.

 

Actualité : ouverture d'un compte Twitter dans ACTUALITE capture1

Publié dans ACTUALITE | Pas de Commentaire »

Retour sur la matinale Qualeader « Quelles démarches entreprendre pour limiter les conséquences économiques et environnementales liées à sa consommation énergétique? »

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 11 décembre 2012

L’actualité est à l’Énergie et je me rends compte qu’en ce moment j’ai un peu de mal à traiter d’autres sujets. Je promets que je ferai un effort de diversité pour les prochains posts. Peut-être que la fin du Monde m’inspirera ?

Bref, pour le moment, je souhaite revenir sur la matinale organisée par Qualeader vendredi dernier sur le sujet « Quelles démarches entreprendre pour limiter les conséquences économiques et environnementales liées à sa consommation énergétique? » qui a tenu toutes ses promesses et mérite une promotion sur ce blog dépassant largement l’esprit « corporate » qui est bien sur le mien.

Le document présenté par notre experte sur le sujet, accessible gratuitement en ligne sur le site de Qualeader, mérite le détour et apporte un niveau d’information riche sur le contexte énergétique nationale et régionale, les évolutions réglementaires récentes, les aides disponibles, les bases d’un Système de Management de l’Energie… Une mine à parcourir.

Bravo à ma jeune collègue Juliette pour cette matinale réussie.

Retour sur la matinale Qualeader

Pour terminer, toujours sur le sujet Énergie, je fais le lien avec la lettre de décembre 2012 sur le projet de débats citoyens sur la transition énergétique sur la région des Pays de la Loire auquel je participe ponctuellement. Plus de 15 débats ont déjà eu lieu avec près de 700 participants. 35 débats sont programmés jusqu’à fin mars 2013 dont un le 1er février à la Communauté de Commune des Herbiers et un le 21 février chez Cointreau à Angers (débat organisé par Carbon’at).

Publié dans A L'OUEST, ACTUALITE, ENERGIE | Pas de Commentaire »

Climat : et si on mettait le « Doha » sur ce qui cloche vraiment ?

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 3 décembre 2012

Je ne sais pas dans quelle mesure on peut me reprocher de reprendre ci-dessous quasi-intégralement l’article de ce soir publié par le Journal de l’Environnement, mais je me retrouve tellement dans ce qu’il y est écrit que je souhaite le partager. A quoi bon paraphraser. Bravo à l’auteur pour la clarté de son propos.

En ce qui concerne le Climat, la tendance est dramatiquement mauvaise et pourtant aucun décideur de rang international ne s’approprie le sujet, aucun grand média de s’empare de la disproportion entre les constats et les actes… Je ne dis pas qu’il ne se passe rien au niveau des territoires ou des États (agissant dans un cadre volontaire faute de mieux), mais tout tend à montrer que la dynamique est vraiment négative. Les sachants savent, les décideurs décident. Dommage qu’ils ne se comprennent pas.

Réveillons nous que diable !


DOHA ouvre la porte vers un réchauffement majeur

Le 03 décembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg

Ce matin 3 décembre, la presse française était unanime. L’heure était grave, car le ministre du redressement productif avait failli démissionner, le week-end dernier. Terrible, en effet. Au Royaume-Uni, les quotidiens sont revenus sur le scandale des écoutes téléphoniques illégales de 2011. Big issue, aussi.

Aux Etats-Unis, les médias s’effraient de la proximité du Fiscal Cliff, qui pourrait mettre à mal l’activité économique mondiale. Peu de journalistes ont repéré les résultats d’une étude annuelle, publiée le 2 décembre, par Nature Climate Change. Dans leur article, 9 climatologues de renom (et membres du Global Carbon Project) font quelques rappels saisissants. A commencer par l’évolution des émissions anthropiques de gaz carbonique.

Dans les années 1980, les rejets du principal gaz à effet de serre émis par les activités humaines ont augmenté de 1,9% par an en moyenne, contre 1% par an durant la décennie suivante. Depuis l’an 2000, les émissions progressent au rythme effrayant de 3,1% par an (+2,6% entre 2011 et 2012). Au total, soulignent les auteurs, les émissions mondiales ont bondi de 58% entre 1990 (année de référence du protocole de Kyoto) et 2011. Pas de quoi se réjouir.

Car, si rien n’est fait pour infléchir massivement ces tendances, les conséquences seront extrêmement douloureuses. Les tendances observées, ajoutent les scientifiques, sont en ligne avec les plus pessimistes scénarios du Giec , A1FI et A2. Pour mémoire, le second nous promet un réchauffement, à 2100, de 3,5°C contre 4,2 à 5°C pour le premier.

Ces estimations vont dans le même sens que les conclusions d’une étude publiée le 19 novembre par la Banque mondiale. Dans son rapport, l’institution de Bretton Woods estime que les politiques mises en œuvre, ou annoncées, nous mènent droit à un réchauffement de 4°C d’ici la fin du siècle [JDLE].

L’avenir sombre est-il déjà tracé ? Pas forcément, répondent les climatologues. Mais il faut agir vite, fort et longtemps. Stabiliser les températures moyennes globales à +2°C par rapport à l’ère pré-industrielle suppose, écrivent-ils, d’abattre, dès à présent, les émissions anthropiques de 3% par an. Ce qu’ont réussi à faire la France, la Belgique ou la Suède, durant une dizaine d’années, lors du développement de leur programmes électronucléaire et d’économies d’énergies dans les années 1970-80.

Sommes-nous si loin de ces années glorieuses ? Comme chaque année, Germanwatch publie une comparaison de l’efficacité des 60 pays émettant le plus de GES (90% des émissions mondiales). Publiée ce matin, la dernière mouture du Climate Change Performance Index n’est pas rassurante.

En se basant sur l’analyse faite par plus de 200 experts internationaux, l’ONG allemande estime qu’aucune des politiques examinées ne «permettra d’atteindre l’objectif des 2°C». La patronne de l’agence internationale de l’énergie s’en inquiète d’ailleurs. S’adressant aux négociateurs de Doha, Maria van der Hoeven rappelle qu’il «est plus urgent que jamais de mettre en œuvre un système énergétique plus sûr et plus durable. Car plus la communauté internationale tardera à agir pour limiter le réchauffement à 2°C, plus l’atteinte de cet objectif sera difficile et coûteuse».

Les climatologues seront-ils entendus à Doha ? Rien n’est moins sûr. Pour le moment, le Japon et la Chine refusent d’envisager toute taxation des émissions des secteurs aérien et maritime. La Pologne s’accroche, comme jamais, à ses surplus de quotas, au risque de saborder définitivement la finance carbone. Aucun des pays les plus industrialisés n’acceptent de s’engager sur des montants d’aides financières pour les pays les plus vulnérables. Ces derniers conditionnant la conclusion de tout accord au renforcement de cette aide, précisément. Et les États-Unis n’envisagent pas de signer le moindre accord sans y avoir vu le paraphe de dirigeants indiens, chinois, philippins, mexicains ou brésiliens.

A trop vouloir additionner les égoïsmes nationaux, la communauté internationale joue un jeu à somme nulle. A tous les sens du terme. »

Et pour tous ceux qui me soutiennent que c’est la faute aux Chinois si on est en si mauvaise posture, je me permets de faire référence à l’excellent topo proposé par le site Climobs sur notre situation climatique récemment, regardons ensemble quelle est notre contribution en « cumulée » depuis 1900. On a une petite dette vis à vis du reste du monde non ?

Climat : et si on mettait le

Publié dans ACTUALITE, GES, MONDE | Pas de Commentaire »

Actu : RSE, NDdL, Efficacité Enérgétique, sortie du statut de déchet, ISO…

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 17 novembre 2012

Il se passe des choses en ce moment. Je suis un peu paresseux ce soir alors je fais un tir groupé :

1- La Commission européenne semble partir sur une hypothèse d’obligation pour les entreprises européennes de plus de 500 salariés, de la publication d’une information extra-financière et ce dès 2014. Cohérence totale avec l’obligation française en cours de mise en place.

source : http://www.institutrse.com/actualite-rse/actualites-de-la-rse/la-rse-fait-un-pas-dans-les-politiques-publiques.html

2- La directive européenne relative à l’efficacité énergétique du 25 octobre 2012 a été publiée ce mercredi 14 Novembre. « Les États membres établissent une stratégie à long terme pour mobiliser les investissements dans la rénovation comprenant notamment des politiques et mesures visant à stimuler des rénovations lourdes de bâtiments » // « Les États doivent éliminer les entraves  qui font obstacle à l’efficacité énergétique, en particulier en ce qui concerne: a) le partage des incitations entre le propriétaire et le locataire d’un bâtiment, pour éviter que ces parties ne renoncent à effectuer des investissements [...]

source : http://www.sydev-vendee.fr/renovationenergetique/?p=444

3- Notre Dame des Landes. A-t-on le droit d’évoluer dans le monde économique et industriel et de ne pas être convaincu par ce projet ? C’est mon cas. Je pense que ce projet est anachronique et que ce n’est pas un bon investissement. L’absence de transparence dans le processus de décision ferme la marche… Je vous recommande la lecture du post d’Alain Grandjean :

http://alaingrandjean.fr/2012/11/14/laeroport-notre-dame-des-landes-le-jeu-des-7-erreurs/

http://abonnement.actu-environnement.com/HS?a=ENX7CqkLoH4b8SA9MKJbC2HnGHxKLTu7NvcStGb5lw8W0bBhOG5mpqVsje_HhdB5YlLN

4- La sortie du statut de déchets est en vigueur depuis le 1er octobre 2012. Selon la directive 2008/98/CE relative aux déchets, certains déchets peuvent redevenir des produits lorsqu’ils ont subi une opération de valorisation ou de recyclage répondant à des critères spécifiques. Cette nouvelle mesure pourrait booster le marché des matières premières recyclées.

5- Évolutions de normes ISO 9001 et ISO 14001. Afnor a communiqué ces derniers jours sur les évolutions à venir (2014/2015) des deux normes de système de management phares. A retenir : une harmonisation de la structure des deux normes; pour ISO 14001 une attention accentuée sur le volet transparence et prise en compte des parties prenantes et pour ISO 9001 la piste d’une obligation (légitime) de documentation de l’analyse des risques « clients » (l’équivalent de l’approche « analyse environnementale » pour ISO 14001). A suivre.

6- Enfin, je ne résiste pas au dernier post d’Oilman qui fait écho à un mon inquiétude sur l’avenir énergétique des Etats-Unis . Mise en perspective intéressante.

http://petrole.blog.lemonde.fr/2012/11/13/les-etats-unis-1er-producteur-mondial-de-petrole-en-2017/#xtor=RSS-32280322

Publié dans A L'OUEST, ACTUALITE, ENERGIE, ISO etc..., RSE | Pas de Commentaire »

Mise en ligne du Guide méthodologique sur l’information CO2 des prestations de transport

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 9 novembre 2012

En application de l’article L1431-3 du code de transport, à compter du 1er octobre 2013, le transport de marchandises, de voyageurs et de déménagements sera concerné par l’obligation d’une information sur les émissions de CO2. Cette obligation est à prendre en compte pour tous les transports au départ ou l’arrivée du territoire français.

Le Guide méthodologique vient d’être mis en ligne par le ministère (lien). Il n’a pas valeur d’obligation mais donne un cadre très complet pour répondre à cette nouvelle exigence.

Mise en ligne du Guide méthodologique sur l'information CO2 des prestations de transport dans ACTUALITE capture1

D’application obligatoire pour tous les transports (gratuits, urbains, TPE…), les modalités d’application n’en restent pas moins adaptées au profil de l’obligé avec la possibilité d’utiliser des valeurs par défaut (sans mesure) pour les entreprises de moins de 50 salariés notamment.

Publié dans ACTUALITE, GES, GRENELLE | Pas de Commentaire »

2 économistes face aux enjeux climatiques

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 23 octobre 2012

Le Conseil d’Analyse Stratégique organisait et rediffusait mardi 23 octobre un échange avec Roger Guesnerie et Nicholas Stern qui sortent un livre intitulé « Deux économistes face aux enjeux climatiques« . Ce post initialement écrit pour vous alerter de la tenue imminente de la rediffusion se transforme en rapide compte-rendu.

Je tiens tout d’abord à insister sur la qualité de rediffusion proposée par le CAS. Mode de veille parfait pour les provinciaux, ces rediffusions. Merci.

2 économistes face aux enjeux climatiques dans ACTUALITE capture10

Retour sur la promesse de la soirée :

« L’approche économique du réchauffement climatique est peut-être la plus efficace pour convaincre les climato-sceptiques de l’urgence d’agir. Deux grands économistes répondent à ces questions : combien cela nous coûte et coûtera si nous ne faisons rien ? Combien cela nous coûterait-il d’agir différemment ?  Roger Guesnerie est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales depuis 1978 et professeur au Collège de France depuis 2000. Nicholas Stern est un économiste britannique, ancien vice-président senior de la Banque mondiale de 2000 à 2003. En 2010, il est nommé titulaire de la chaire annuelle du Collège de France « Développement durable Environnement, Énergie et Société ».

9782746506282 dans GES

Ce que j’en retiens en quelques lignes :

- les deux économistes intervenants sont crédibles et il est difficile de les taxer de surenchère écologique. C’est même une analyse froide et clinique de la situation dans laquelle nous nous trouvons. L’énergie de l’action est plus à trouver chez Edgar Morin que chez ces deux là. Mais c’est bien que des économistes puissent traiter ces sujets.

- selon eux le risque que nous encourrons n’est pas compris à sa juste échelle. Les incertitudes sont faibles. Les raisons de l’inaction dans le traitement de ce problème « global »  ne sont plus recevables et nous courrons vers les 750 ppm de CO2 dans l’atmosphère, concentration qui nous pousserait à une augmentation de 5°C. Du jamais vu qui aurait des conséquences géopolitiques majeures. Pour souligner l’inadéquation des outils des économistes traditionnels, il est fait référence à un outil de modélisation qui précise que si la température augmentait de 18°C, 50% du PIB seraient perdus… mais à +18°c, il n’y a plus de vie sur Terre !

- une partie du livre est semble-il consacrée aux politiques possibles pour agir : fiscalité, permis d’émissions… Je jugerai après lecture.

- une dernière partie revient sur les négociations internationales. Intéressant de voir décrit les choses par un acteur (Lord Stern) qui vit ces échéances de l’intérieur. Un peu désabusé, mais qui veut y croire : voilà l’état d’esprit. En français dans le texte : « c’est lourd et pas joli mais pas vide« . Il se passe des choses même dans le non écrit. Des engagements sont pris, y compris par la Chine. C’est pas assez rapide, mais il est faux de dire que rien ne s’y passe. Savez vous que des états comme le Bangladesh ont mis en place un plan Climat ? Un mouvement est engagé; il doit être complémentaire des initiatives locales.

Du chaud, du froid… Un bon temps de saison à attraper la crève…


Publié dans ACTUALITE, GES, VIDEOS | Pas de Commentaire »

12345...11
 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social