Lu: Ecotopia d’Ernest Callenbach

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 8 janvier 2019

Quel plaisir de se faire offrir un livre !

Comme ça, sans raison, au détour d’une conversation, dans un moment professionnel bien éloigné de la prospective écologique.

C’est un plaisir à double titre : d’abord car je pense qu’une lecture est faite pour être partagée et ensuite car ça démontre que le sujet de notre avenir (intégrant notre relation à l’écologie) intéresse plus de personnes qu’on peut le croire en regardant BFM TV le samedi après-midi.

550165._UY630_SR1200,630_Ce cadeau sans raison (merci Marie-Luce) est ECOTOPIA d’Ernest Callenbach. Il s’agit d’une nouvelle qui ne l’est pas (nouvelle)  puisqu’elle a été publiée l’année de ma naissance,en 1975 et ré-éditée dans un très beau format. J’ai appris en parcourant le web, que ce livre fait référence en matière de prospective écologiste.

Le pitch : Trois États de la côte ouest des États-Unis (la Californie, l’Oregon et l’État de Washington) font sécession et se lance dans une reconstruction totale d’une Société écologique radicale. On suit un journaliste américain dans la découverte de ce nouveau monde « près de chez lui », 20 ans après la sécession. Au grès de ses articles et de ses expériences, nous regardons avec les yeux du principal protagoniste, à quoi ressemble cette Société qui a choisi de prendre une voie différente.

Forcement, William Weston (le journaliste), est au début très critique en se rendant chez ce qu’il envisage comme des sauvages retournés à l’âge des cavernes; puis il se laisse convaincre par les vertus de cette nouvelle Société, plus responsable, plus sobre, plus féministe, démondialisée, moins guerrière, moins marchande, moins centralisée, plus sensible, décroissante.

Le scénario ne présente aucun autre intérêt que de servir de prétexte à la description de cette nation écotopienne idéale imaginée par l’auteur, sur tous les pans de la Société. Force est de reconnaitre que nombre de « solutions » proposées n’ont pas mal vieillies : zéro déchet, mobilité douce, « do-it-yourself », gouvernance locale, partage du temps de travail (…) et font même échos à de nombreuses « innovations » de 2018 !

Ce livre culte traduit dans le monde entier, a le mérite d’offrir une vision d’un possible accessible… mais j’ai eu personnellement du mal à me retrouver dans l’ambiance hippy un peu caricaturée qui est proposée ici (même si je n’ai rien contre la plénitude sexuelle dans les bois, à l’hôpital ou au sauna!). Certaines propositions me dérangent franchement : des communautés fortes tournant milice locale parfois, un isolationnisme raciale, une apologie des violences primaires de l’homme pour qu’il se sente « vivant »… Bref, je n’ai pas gouté à toutes les propositions.

Au delà de l’inventaire des solutions techniques, culturelles, politiques disponibles pour changer de système, il me semble que c’est l’arrivée d’internet et des réseaux sociaux qui rendent de facto le scénario proposé périmé. L’actualité nous montre tous les jours, que ces nouveaux acteurs de notre quotidien, inimaginables en 1975, conditionnent notre vie sociale, pour le meilleur (parfois) et pour le pire (souvent).

Et si aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin de mondes rêvés, de perspectives positives, loin des prospectives apocalyptiques, cet ouvrage intéressant à de nombreux titres, mériterait une mise à jour pour jouer ce rôle mobilisateur.

A lire pour la culture plus que pour le plaisir.

 

 

 

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social