Chronique Ecolo-Buissonière n°16 : l’indigeste repas

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 30 octobre 2018

et hop, une chronique de plus. Le lien sur le son bientôt ICI.

Ce coup-ci, on a bien dégusté !Capture2

 

Aujourd’hui, pas de délire extra-terrestre, mais un modeste et indigeste repas composé en entrée d’un minable Polar, en plat de résistance d’un rapport-qui-fait-peur et en dessert de marchands de malheurs. Ce menu sera arrosé d’un vin pas vraiment naturel…

Bon appétit… ou plutôt bon courage,

xx

En entrée donc, je voulais commencer ma chronique avec une confidence : (…) je vis avec un meurtrier à la maison. Ce n’est pas une blague.

Je le vois tous les jours. Il me nargue. Il sait que je sais. Personne n’est dupe. Le pire, c’est que mes filles l’adorent… Il cache bien son jeu l’escroc manipulateur.

Il sait se rendre adorable cette enflure de Cookie.

Il est membre du groupe sanguinaire des chats. Ce sont des machines à tuer et de ce fait une plaie pour la biodiversité. Chaque année, ils seraient responsables en France de la mort de 75 millions d’oiseaux et probablement de millions de chauves-souris. Cela représente plus de 200.000 volatiles PAR JOUR ! Comme si les oiseaux n’avaient pas assez de soucis à gérer avec l’effondrement de la population d’insectes volants (leur nourriture), la disparition des haies (leur maison) … Fait pas bon avoir des ailes en ce début de 21ème siècle.

Il faut nous mobiliser. Je propose de lancer un mouvement de grande ampleur sur les réseaux sociaux pour la stérilisation des chats. On appellerait ça le mouvement #matou.

xx

Passons au plat de résistance…

c

Au registre des joyeusetés automnales, les feuilles qui nous sont tombées dessus le 9 octobre sont bien lourdes. Le dernier rapport du GIEC fait en effet dans le tragique de répétition. [Sur le sujet Regardez la présentation sénatoriale de Mme Masson Delmotte LIEN]

Les experts de la tuyauterie planétaire des fluides et des températures ont encore frappé !

image1x

En gros, ils nous disent que le chauffage central de l’immeuble Monde déconne et qu’on ferait bien de ne pas faire n’importe quoi avec les radiateurs et la climatisation.

x

Les rapports précédents disaient d’abord avec prudence : « ce n’est peut-être pas top de chauffer fenêtres ouvertes en hiver, on devrait peut-être faire gaffe ». Après, ils ont dit : « on est presque sur ce coup ci que c’est une connerie de chauffer fenêtre ouverte ». Puis les derniers, c’était : « Hé, y a quelqu’un ? on vous dit que ça craint ! c’est sûr, la chaudière part en vrille. FERMER LES FENETRES ! »

Ce coup-ci, pour la première fois le rapport nous dit comment fermer les fenêtres et explique aussi que ça ne suffira pas, il faut tout refaire de fond en comble. Ça va couter une blinde (2400 milliards de dollars par an, soit 1/6 du PIB européen), mais si on ne le fait pas, c’est mort (à comprendre au sens propre et figurer). Si nous n’arrivons pas devenir neutre en émissions carbone d’origine humaine en 2050, la co-propriété deviendra inhabitable.

 xx

Donc tout doit changer dans nos usages pour que pas trop de choses ne change en termes d’habitabilité de la terre.

x

Vous avez remarqué ? Le nombre de climatosceptiques a fondu aussi vite que la glace des pôles. Par contre, le nombre de technophiles hyper-confiants dans le fait que les réponses vont s’imposer d’elles-mêmes sont apparus au même rythme que les aléas climatiques. D’ailleurs, c’est un peu ce que disent les deux prix Nobel d’économie d’octobre 2018. William Nordhaus considère que 3,5°C de réchauffement, c’est un niveau de réchauffement climatique « optimal » pour que l’économie « bénéficie » du réchauffement climatique (lien).

xx

Le dessert n’est pas bon non plus.

x

Vous savez combien de joyeux marcheurs pour le climat ont été évalués sur les deux samedis de septembre et octobre ? Avec énormément de bienveillance, nous étions 150.000 personnes cumulées sur 2 samedis.

Vous savez combien de visiteurs sont passés au salon de l’auto 2018 ? autour de 1.000.000. Le débat est posé. On est mal.

 ximage 2

Comme on est dans la mouise au niveau du climat, 1 million de compatriotes a décidé de prendre en main son avenir en allant au salon de l’auto pour se laisser tenter par des bolides de plus en plus lourds. La vente de 4*4, de SUV et de pick-up ne s’est jamais aussi bien porté. Rien que les SUV représentent plus de 30% des ventes de véhicules neufs. Toujours plus gros, toujours plus lourds… Et en physique quand on augmente la masse du machin, on augmente l’énergie nécessaire pour le bouger, le machin.

 xx

Tiens, ça me fait penser à Cookie. Mon chat. Mon mortel ami présente une particularité que je lui jalouse et qui m’est définitivement inaccessible. Cookie ne vit que dans le présent. Il ne pense pas à son dernier vaccin ou au froid du prochain hiver. Il est branché « live » et du coup pour lui quand ça va, ça va !

xx

CQFD : le français du salon de l’auto est un chat

 xx

Je vous soumets une remarque que j’ai pompé à Nicolas Meilhan sur le site de l’oiseau bleu : « l’état devrait inciter les français à acheter des véhicules légers et pas leur filer 2000 € pour l’achat d’une voiture qui sera interdite à Berlin en 2019 (interdiction diesel). » ça se tient non ?

ss

On boit un coup avant de se quitter ?

x

J’ai trouvé dans Libération, l’information qui est capable de faire changer les comportements de millions de français. La motivation ultime. (lien) Avec le réchauffement climatique, l’orge va avoir du mal à se satisfaire des sécheresses et vagues de chaleur. Les buveurs de bière ont du souci à se faire. Et moi, la perspective de garder ma pinte me motive.

Offrons nous un verre de vin pour faire passer tout ça… mais même le vin a un arrière-gout amer selon une récente enquête de FRANCEINFO. Pas moins d’une cinquantaine de produits additifs sont autorisés dans la viticulture conventionnelle.

Le sulfite. Je savais. Je ne me doutais pas que les quantités de sulfites variaient de 10 mg/L à 202 mg/L. Des résidus de pesticides bien entendu pour le non bio. Le cocktail peut atteindre 15 molécules différentes dans une même bouteille selon les analyses. Mais on picole aussi plein d’autres additifs « de process », sans aucune information du consommateur. Les obligations de transparence et d’affichage applicables à tous les produits alimentaires, ne s’appliquent pas au vin. Dingue.

Ça ne s’invente pas. Mr Christophe Château, directeur de la communication du Conseil interprofessionnel du vin de bordeaux a déclaré : « On ne peut pas tout écrire sur l’étiquette ». OK, alors.

Bref, je ne sais pas si demain à cause du réchauffement climatique, nous devrons nous fournir auprès de viticulteurs anglais, mais je suis sûr d’avoir besoin d’un truc correct à boire pour tolérer les défaillances pathétiques de ce monde.

xx

Amis buveurs de tout pays et de toute boisson, unissons nous pour conserver un monde buvable.

x

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social