Lu : Le Monde Enfin de Jean-Pierre ANDREVON

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 16 août 2017

Les vacances doivent en principe servir à se décontracter, à arrêter de se prendre la tête… J’ai fait un peu ça lors de cet été 2017 mais pas que…DGYEW5VXkAA_v2T

J’ai aussi lu un ouvrage de prospective apocalyptique qui m’a fait envisager certaines choses autrement, sans me rendre particulièrement déprimé d’ailleurs.

- je précise que ce post a été écrit avant toute éventuelle intervention nucléaire américaine en Corée du Nord qui aurait potentiellement déclenchée une guerre nucléaire en Asie. Yahou ! -

Souvent Hubert Reeves – et bien d’autres – tentent d’expliquer à leurs auditoires que les enjeux environnementaux auxquels nous sommes confrontés remettent plus en cause l’Humanité que la planète Terre à proprement parlé. Si nous aimons penser à « notre » planète bleue comme à un être souffrant sous nos coups de butoirs sans cesse répétés, nous oublions volontiers que la Terre existait avant l’Homme et existera probablement après la disparition de l’Humanité. La Vie sur Terre ne se résume pas à la vie des 7 milliards d’êtres humains.

Tel est le cadre de l’ouvrage de Jean-Pierre ANDREVON. Le roman part d’un évènement sanitaire : une mutation génétique, un prion mortel qui anéantit 98% de l’Humanité brutalement et qui rend stérile la majorité des survivants. Ce qui est surtout décrit dans ce livre, c’est comment la vie animale et végétale reprend le pouvoir après la parenthèse du passage de l’Homme sur Terre. En suivant les aventures de quelques survivants dans des décors urbains retournant progressivement à la vie sauvage, on redécouvre des équilibres naturels que la « civilisation » avait rendus inopérants.

Les tableaux ainsi décrits à force de détails rendent la perspective presque joyeuse ! Si le sujet traité est au sens premier du terme « catastrophique », la manière de le traiter ne l’est pas. L’Humanité s’éteint ? et alors ? L’Histoire de la planète Terre se poursuit, même si plus personne ne pourra bientôt l’écrire…

Le livre aurait probablement mérité, de mon point de vue, plus de concision et se serait bien passé des aspects surnaturels et extra-terrestres de la fin du roman, mais j’ai vraiment aimé ce voyage dans un (très lointain ?) futur pas si impossible que ça.

 

 x

CaptureTant que je suis dans les mondes parallèles, histoire de me rapprocher tout doucement du retour à la réalité que tout mois de septembre nous impose, j’ai beaucoup aimé le parallèle fait par VOX (lien) entre l’univers de Game of Thrones et le traitement de la menace du changement climatique sur notre époque.

Dans la fiction, le danger qui menace tous les humains  est une invasion de Morts vivants. Pour nous c’est un changement de composition de notre air influant sur le Climat. Dans les deux mondes, nombreux sont ceux qui ne « croient » pas à la réalité du danger car ils ne le voient pas. Idem, dans les deux mondes, ceux qui ont les manettes du pouvoir sont plus occupés à gérer les problématiques court-termistes qui n’auront bientôt plus de sens si le danger n’est pas jugulé. Bien vu.

La fiction peut servir notre réalité. Bonne rentrée !

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social