Chronique Ecolo-Buissonière : Histoire de l’Economie – ECONOMIX

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 25 mars 2017

Cette chronique fait un peu de recyclage avec mon post précédent (lien), mais l’efficacité ne nécessite-t-elle pas un peu de paresse ? (ou l’inverse, je ne sais plus). L’émission du 24/03/2017 en intégrale est ICI avec du Nina Attal dedans (une découverte musicale de ces derniers mois. Je suis fan).C7gtiOGW4AAxCe8

Marie, chers écolo-buissonneurs du jour,

Aujourd’hui je m’en va vous causer de l’Histoire de l’économie. J’aurais causé CoWatt (lien) en l’absence d’Eric Bureau ici présent, mais comme il le fait bien mieux que moi, je suis parti sur autre chose…

Pourquoi donc vous embêter avec l’Histoire de l’Economie et sortir de ma zone de confort ? Pour 2 raisons :

1-      Tout d’abord car les dépravés que nous tentons tous d’être autour de cette table, nous auto-excluons beaucoup trop rapidement du sujet économique. […] Quoi ? ne me regardez pas comme ça, je ne vous ai pas insulté… Je vous ai traité de « dépravés » car Florence Osty (sociologue de son état citant elle-même Norbert Alter, autre sociologue de son état) m’en a récemment donné l’autorisation en m’expliquant que, pour qu’une innovation voit le jour, il faut que des « dépravés » soient dans la place.  Les dépravés sont des personnes en mesure d’être à la fois bien intégrés dans leur contexte ET « progressistes » dans le sens où ils envisagent des évolutions remettant en cause l’existant. Etre DANS son institution et A COTE dans le même temps… Je suis élogieux à votre égard en disant que vous êtes des dépravés !

Donc, bandes de dépravés revenons aux raisons qui me poussent à vous causer Histoire de l’économie dans une émission dédiée à la Transition énergétique. Nous sommes très militants et valorisons les plus engagés, mais nous investissons assez peu la « science » qui régit, qu’on le veuille ou non, notre quotidien depuis que nous sommes devenus des Hommo Economicus.

 2-      La seconde raison de mon choix est que je viens de lire un sympathique ouvrage qui répond à la raison 1 et il me sied de vous en proposer mon retour de lecture. Je vous livre donc dans la même chronique le problème et la solution. C’est pas bon ça patron ?

 

Le livre que je vous recommande donc de lire est une BD de 300 pages qui s’appelle ECONOMIX (LIEN). Cet indispensable ouvrage vulgarise avec humour (et engagement…) la complexité de l’Histoire de l’économie, avec une entrée chronologique qui permet de mieux comprendre comment les pensées économiques se sont construites du XVIIème siècle à aujourd’hui.

Économie Politique Classique, néoclassique, libérale, néolibérale, mixte. Apports d’Adam Smith, de David Ricardo, de Karl Marx, de Friedrich Engels, de Keynes… tout ça c’est clairement simplifié dans mon cerveau embrumé par les postures de tout bord.

 

Impossible de résumer le machin ici, vous avez compris le principe (l’histoire de l’économie pour les nuls avec des bonhommes rigolos et des métaphores qui font « mouche ») alors j’ai ressorti une seule illustration :

  • En 1776, Adam Smith écrit RECHERCHE SUR LA NATURE ET LES CAUSES DE LA RICHESSE DES NATIONS. Il y introduisit les bienfaits de la concurrence et l’idée que le Marché peut s’auto-gérer. Mon idée était qu’Adam Smith était le gourou du libéralisme, point. On oublie que le bonhomme n’était pas dogmatique. Il pensait que « les marchés ne renforçaient pas la loi, ne protégeaient pas les frontières et ne fournissaient pas de biens publics comme le nettoyage des rues que tout le monde exige mais que personne n’est très enclin à effectuer. Dans son fameux ouvrage, il dit même de prendre garde aux capitalistes. Citation surprenante :

« la proposition de toute nouvelle loi ou règlement de commerce, qui part des [capitalistes], doit toujours être adoptée qu’après avoir été longtemps et sérieusement examinée, non seulement avec le plus grand scrupule, mais avec la plus grande défiance. Elle vient d’un ordre d’hommes dont l’intérêt n’est jamais exactement le même que celui du public, qui généralement est intéressé à tromper et même opprimer le public, et qui, dans bien des occasions, n’a pas manqué de le tromper et de l’opprimer « 

 Mais Adam Smith parle du CETA là !

Ça dans les écrits d’Adam Smith, c’est aussi contre-intuitif qu’un Donald Trump en tractage sur le marché de La Roche sur Yon pour inciter à crowdfunder l’excellente initiative CoWatt.

8

Ce livre m’a fait penser à un autre ouvrage que j’ai dévoré l’année dernière et qui, lui aussi, suit une logique « frise chronologique » ! OR NOIR, une grande histoire du pétrole de Mathieu Auzaneau (LIEN). On se situe sur la même période et les ouvrages se nourrissent l’un l’autre. On y retrouve d’ailleurs les mêmes acteurs de notre histoire récente.

 Alors pourquoi se priver de connaissances facilement accessibles ? Si ce livre a su combler quelques trous béants de ma culture économique, il peut peut-être nous aider à ne pas reproduire les erreurs d’un passé récent. En plus, il est drôle. ECONOMIX de Mickel GOODWIN, Edition les ARENES

Pour terminer une info locale (vendéenne) : dimanche 26 mars, c’est le lancement à La Roche sur Yon de la monnaie complémentaire VendéO. A suivre.

 

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social