Chronique Ecolo-buissonière : « la secte des mangeurs d’insectes »

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 23 novembre 2016

Une nouvelle chronique, reprise ci-dessous avec des mots à lire.

Les mots à entendre sont là au deux tiers de l’émission après « The Bug » de Dire Straits : LIEN

Après le texte, une belle infographie, source d’inspiration.

Bonjour Marie, bonjour les invités de Marie. Je ne suis pas présent ce matin et … ce n’est pas un hasard…

Vous allez comprendre. Tout a commencé ce mardi 21 nov :  je reçois un message de Marie, un peu coupé, « sshhhht c’est… Arie…..pshht…à la bourre…. Shtttttttt…. Secte …mange… insecte…. Compte sur toi…. Sshttt… chronique… ». Je n’entends pas tout mais je comprends qu’il s’agit d’une histoire de Secte de mangeurs d’insectes.

J’ai trouvé ça bizarre… mais admettons. où trouver de l’inspiration ? c’est que j’y connais rien moi dans le secteur des sectes d’insectes. Par quel bout traiter ce sujet ultra confidentiel ? Une secte de mangeurs d’invertébrés ! bigre, ça chatouille les mandibules.

Bien sûr, je sais, par Bruno Parmentier (dont je recommande son excellent blog Nourrir – Manger - à consulter sans modération), que pour nourrir la planète en 2050 il nous faut augmenter la production agricole de 70%. La même source m’a enseigné que notre régime carné occidental composé sur une vie de 7 bœufs, 33 cochons, 9 chèvres, 1300 volailles est une impasse technico-environnementale à l’échelle planétaire.

Je sais aussi que de ce point de vue les « insectes-aliments ». Comment on dit ? : « aliquinsectes ? », « Food bugs » ? …. Ont plus d’un argument pour nous convaincre de les croquer :

  • massiquement 1 grillon est comestible à 80% alors qu’une vache ne l’est qu’40% : top de l’efficacité !
  • et que dire de la Sobriété en ressources : 1g de proteine insecte consomme 3L d’eau alors que la même quantité de proteine de vache en demande 60 litre. Sans parler que notre malheureux grillon consomme 12 fois moins de proteine végétale pour produire une masse équivalente. Le top de l’efficacité.

…Mais pourquoi donc Marie m’a-t-elle branchée sur cette histoire de secte ?

Il y a 2,5 milliards des humains sur terre qui mange des insectes ! 2.5 milliards d’entomophages. A ce niveau-là on ne parle plus de secte mais de pratique de masse. Ou alors peut-être s’agit-il d’un groupuscule, un essaim d’activistes, de lobbyistes de l’industries d’élevage et de transformation des insectes qui aurait pour ambition de nous cacher les conditions d’abattage infectes des insectes ou un truc comme ça… Y aurait-il une affaire « insectes » cachée au plus au niveau de l’Etat ?

J’ai creusé, j’ai consulté mes sources sures, j’ai visionné des dizaines « d’insectes tape » sur internet (ils ont au moins autant d’imagination que nous), j’ai fini par apprendre un truc EnOrme !. Il se trouve que vous (nous tous) consommons sans le savoir 1kg d’insecte par an cachés dans nos denrées alimentaires. Des mandibules dans les céréales, des pates dans les pattes, thorax dans le riz…

 On nous cacherait donc un élément essentiel : nous sommes déjà tous entomophages à l’insu de notre plein grès. Voilà peut-être l’objet de ce regroupement malfaisant : nous cacher, voir organiser, la progressive accoutumance en cours pour faire de nous des croqueurs de scolopendres ?

Il est 1 heure du mat et j’ai peur devant l’ampleur de ce que je viens de découvrir.

Le marché des bestioles à sang froid est juteux : Il y a 1,4 milliards d’insectes pour 1 habitant et 1900 espèces sont identifiées comestibles. Voilà donc le projet de la secte des mangeurs d’insectes : casser la barrière culturelle qui fait que nous, occidentaux sommes capables de manger Joly Jumper, un animal sur lequel on monte pour se balader en forêt dans une complicité coupable ET que nous n’acceptons pas d’envisager de gober un insecte. Nous, les français sommes même prêts à manger un gastéropode ou une grenouille plutôt que d’envisager de grignoter des sauterelles « sautées » à l’apéro.

Je suis tombé au cœur d’un projet mondial. J’en veux pour preuve le traitement du dossier insecte par Wall Disney. Car tout conditionnement de consommateur occidental commence là. Au plus jeune âge, avec les histoires pour enfants du géant de la propagande qu’est WD. Connaissez-vous un seul héro de WD qui soit destiné à notre frigo ? Une belle vache à viande, un cheval d’abattoir ? ben non, nous ne devons pas être pris d’empathie pour ce qui va devenir notre repas. C’est pareil pour les insectes : j’ai cherché et aucun insecte ne trouve grâce aux yeux des concepteurs des Disney stories. A part le vieux Jimily cricket, aucun insecte n’est rendu sympathique aux yeux des enfants futurs consommateurs… Le complot est mondial.

 Même si c’est peut-être un peu tirer par les antennes, j’en profite pour faire le lien avec les CIGALES. Pas celle qui chante et qui donc se mange mais les club d’investisseurs pour une gestion alternative et locale de l’épargne solidaire. C’est le bon moment pour vous renseigner. Quand un Cigales cherche une fourmi, ce n’est pas pour la manger, pour lui permettre de réussir son projet.

Allez, sans rancune.

 

 

8-12-insectes

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social