Retour sur la soirée Smart Grid Vendée du 4/12/13

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 5 décembre 2013

Hier soir j’ai assisté à la soirée « Smart Grid Vendée » (lien) qui se déroulait à la CCI de Vendée. L’occasion de revenir sur un projet démonstrateur de grande envergure mais pas que…

Tout d’abord la seule critique que je me permettrai : le parterre de « Men in Black » de la photo ci-dessous est un peu éblouissant… Visiblement, il n’y a pas de compétences féminines sur ce sujet hyper techno ! J’espère que le CNAM (qui est impliqué dans le projet pour former des ingénieurs SMART GRID) saura mobiliser les filles aussi.

2013-12-04 17.53.16

 

Donc la soirée avait deux objectifs :

1- repositionner le projet SMART GRID Vendée et son ambition

2- apporter aux industriels présents pour l’occasion une information sur l’effacement de consommation, pièce indispensable à la mise en place de ce type de projet

Sur le premier point, quelques chiffres clefs ont été apportés. La Vendée représente 1% de la population française et produit 9% de son énergie à partir d’énergies renouvelables. La perspective -en fonction de la réalisation ou non du programme d’éolien off-shore- est d’atteindre une part d’EnR entre 29% et 54% à horizon 2020. Pour les acteurs que sont ERDF, RTE, SYDEV (…); il s’agit là d’une modification profonde de la gestion des flux d’électricité. En effet, c’est bête à dire mais tout ce qui est produit sur le réseau doit être consommé (et réciproquement) et on sait la fâcheuse tendance des énergies photovoltaïques et éoliennes à apparaitre de manière intermittentes. Il faut donc réguler… localement ; d’où l’intérêt du projet vendéen.

Le sénateur Merceron a repositionné ce projet pour ce qu’il est : une première française à une telle échelle. Le projet concerne 150 communes, 6 parcs éoliens, 100 bâtiments publics, 30 sites photovoltaïques, 8 sites industriels, 10 000 points lumineux, 500 compteurs communicants. 25 Millions d’€ vont être engagés sur 5 ans. Les différents acteurs engagés doivent démontrer que techniquement « l’internet de l’énergie », promotionnée par Jeremy Rifkin, peut devenir une réalité.

Au delà des innovations technologiques, une telle évolution n’est possible que par des modifications de comportements des gros consommateurs d’électricité vendéens. Il n’y a pas que les réseaux qui doivent être intelligents, les usagers aussi. En gros et très théoriquement, il faut faire en sorte que lorsqu’on manque d’électricité sur le réseau, certains acteurs (industriels, collectivités…) acceptent de baisser leur propre consommation (par l’usage d’un groupe électrogène, la baisse de production…). Ils seront payés pour cela. Idem au moment de consommation en période de pic de production (on voit déjà des contrats où on paye l’industriel pour qu’il consomme ces Kwh!). Pour ultra simplifier, du point de vue du consommateur, on est en train de vivre une sorte d’évolution des EJP (qui vont disparaitre totalement), avec une flexibilité encore plus forte.

Il n’a pas vraiment été question de sobriété hier soir (on réfléchit pour le moment à « iso usage énergétique »… ça évoluera, ce n’était pas l’endroit pour parler de transition de modèle), mais c’est quand même bon de voir toute cette énergie libérée sur mon territoire pour un projet qui peut devenir essentiel dans le projet de  troisième révolution industrielle.

Je profite de ce post pour vous informer que RTE a mis à jour son site éCO2mix (lienqui permet de visualiser par région les flux de production (yc EnR) et de consommation d’électricité ainsi que les échanges interrégionaux. Très chouette.

Capture

Une Réponse à “Retour sur la soirée Smart Grid Vendée du 4/12/13”

  1. Nicolas GENTE dit :

    Merci jean luc pour cet excellent résumé ! J’invite les entreprises qui souhaitent s’investir dans la démarche à nous contacter.
    Bien cordialement,

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social