Visite de l’Unité de Méthanisation de Maché (85)

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 20 octobre 2013

L’inauguration de l’Unité de méthanisation du Gaec La Vallée de la Vie à Maché en Vendée a été l’occasion pour ma petite famille de voir « en vrai » à quoi ressemble une unité de méthanisation de taille modeste (mais déjà impressionnante et semi-industrielle). Merci aux techniciens du BE qui a mis en œuvre l’installation (EVALOR) pour leur accueil et leur pédagogie.

Visite de l'Unité de Méthanisation de Maché (85) dans A L'OUEST 2013-10-19-15.33.00L’unité, ouverte depuis la fin de semaine dernière est destinée à digérer 10 000 m3 annuel de lisier de porcs, 3 500 Tonnes d’intrants extérieurs (notamment des graisses alimentaires essentielles au process), 2000 Tonnes de produits végétaux.

La production attendue est de 3200 MWh d’électricité et 3400 MWh d’énergie thermique (+ 14000 m3 de digestats épandables). Le process est rappelé ci-dessous.

L’énergie doit être utilisée dans des serres horticoles voisines appartenant au GAEC. L’ »économie » annoncée est de 280 000 L de fuel par an (aujourd’hui consommée pour chauffer des serres pour la culture de fleurs).

Je me suis laissé convaincre par la pertinence de l’installation (2,8 millions d’investissements subventionnée à hauteur de 33%). La maitrise des nuisances olfactives est bonne, l’intégration paysagère aussi.

Ce nouveau métier pour les exploitants agricoles permet d’articuler les différentes productions entre elles. De l’ »écologie agricole » en quelques sortes (versus écologie industrielle).

J’ai aussi identifié quelques limites au système. 

  • Tout d’abord j’ai appris que l’intrant essentiel pour la production de méthane n’est pas le lisier mais les graisses issues des industries alimentaires plus ou moins proches du site (ce qui trouble un peu la logique de traitement de proximité). Le lisier a surtout pour intérêt d’apporter les bactéries nécessaires à la fermentation anaérobie.

 Ce constat en implique deux autres :

capture28 dans ENERGIE

  • le nombre de sites de ce genre sur un territoire donné est forcement limité par la disponibilité en graisse animale notamment.
  • Le second constat est que l’industrie agro-alimentaire ne manquera pas dans les années à venir à négocier ce nouveau « co-produit » en faisant marcher la concurrence entre unités. J’ai cru comprendre que la demande allemande se faisait déjà sentir sur le « marché » français de la production de déchets graisses.

En conclusion, il est vraiment intéressant de constater que nous avons passer un cap dans la maitrise de cette technologie, malgré tout, récente et faisant appel une technologie poussée. Le simple fait que ce projet puisse voir le jour est une nouvelle démonstration de l’importance de l’enjeu énergétique des années à venir. Certains voient donc bien qu’une transition est nécessaire et ce type d’outil y contribue bien de mon point de vue. Bravo donc aux « essuyeurs de plâtres » (les « faiseux »).

Peut-être que dans les années à venir cependant on utilisera l’énergie « chaleur » ainsi produite pour autre chose que pour produire des fleurs… mais c’est déjà une autre histoire !

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social