La Source et la Sonde : détournement

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 20 septembre 2013

Cette semaine j’ai visionné coup sur coup deux reportages de France 2 assez traumatisants. Je sais bien que ça ne sert strictement à rien d’avoir honte, pourtant c’est clairement mon sentiment à l’issue du visionnage de Cash Investigation sur l’origine de nos aliments Low Cost (visionnage possible en replay encore quelques jours : lien) et d’Envoyé Spécial sur l’origine de nos vêtements bon marchés (lien replay).

Toutes les banalités sur ces scandales ont été dites, écrites, twittées… et pourtant dans un mois nous aurons oubliés que nous avons une responsabilité sur ce qui se passe loin de chez nous. Nous avons tous acquis une extraordinaire capacité d’indignation « fulgurante ». Une bonne nuit et on poursuit…

Avant que ma bonne nuit de sommeil me renvoie à de plus positives perspectives, j’ai envie de raconter une histoire imaginaire, un scénario de BD, où toute ressemblance avec la réalité serait fortuite. Une sorte d’histoire de science-fiction à mi-chemin entre Dune de Franck Herbert et La Source et le Sonde de Bourgeon/Lacroix. C’est ce dernier univers qui me parait finalement le plus approprié au décors du teasing que je vais vous conter.

Une planète, la SOnde. Une énergie vitale, la SOurce.

La Source et la Sonde : détournement dans HUMEURS capture10

La SOnde est habitée par deux peuples séparés par la Grande FRontière. Ces deux peuples ne se croisent pas, ne se connaissent pas, ne se touchent pas. Ils se comportent l’un envers l’autre comme deux aimants : impossible de se toucher, c’est physique.

Les moins nombreux sont les CyCon’S. Les plus nombreux sont les CyProd’S.

Les Cycon’S sont, sans raison connue des historiens, des privilégiés. Ils ont accès à tout ce qui existe sur la Sonde. Sans s’en rendre compte, les Cycon’S vivent dans l’opulence. Ils n’y peuvent rien, ils ont été éduqués ainsi. Un accès à tout, en permanence… sans aucune satisfaction finalement.

Il faut dire que sur le territoire des Cycon’S, les règles sont définies depuis toujours par une caste peu nombreuse, les Sashan’S, qui détient le pouvoir et la mission de faire perdurer le culte du Syst’M. Il s’agit d’une sorte de religion, de dogme immuable.

Tout le monde croit dans le Syst’M. C’est comme ça.

La vie sur la SOnde est donc régit par un certain nombre de règles immuables et non négociables. Seul le Syst’M garantit équilibre et prospérité des CyCon’S.

Pour assurer le respect des règles du « dogme », les Sashan’S disposent d’une sorte de drogue diffusée quotidiennement aux CyCon’S, au sein de leurs logements individuels : le KaK . Nul ne se souvient de l’origine du Kak mais tous l’apprécie et personne n’est capable de s’en passer. Certains spécialistes de la sémantique soutiennent que le mot  KaK est le diminutif aléatoire de KatodiK, mais il y a débat chez les spécialistes.

La prospérité des CyCon’S s’appuie sur le travail intensif imposé à l’autre partie de la population de La SOnde : les CyProd’S. Ces derniers vivent dans une situation beaucoup plus difficile.

Ils sont plus dans une situation de survie en fait. Ils envient beaucoup les CyCon’S et ont, pour la plupart, pour unique objectif de les rejoindre un jour. Pour se faire, il faut passer la Grande FRontière et ça, c’est une autre histoire…

Beaucoup y laissent leur vie. C’est ainsi sur la SOnde.

Le précaire équilibre inégalitaire de cette planète n’est maintenu que par l’exploitation d’une énergie indispensable aux productions et mouvements des biens et des personnes : La SOurce. Mais voilà, au moment où commence ce récit, il y a un problème : la SOurce est en cours de disparition. Ce que les Sashan’s ont toujours considéré comme inépuisable… s’épuise !

Les Sashan’S n’acceptent pas ce fait car cela remet en cause les bases du Syst’M et leur propre prospérité est remise en cause. Leur combat est donc de convaincre les Cycon’S que le Syst’M est immuable contre une nouvelle force populaire qui émerge sur la SOnde : les SOurciens prétendent en effet qu’un autre équilibre est possible. Ils sont minoritaires et encore peu pris au sérieux.

C’est le début de mon histoire.

A vous de la poursuivre.

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social