• Accueil
  • > LECTURES
  • > Lu : La Véritable Richesse, Une économie du temps retrouvé

Lu : La Véritable Richesse, Une économie du temps retrouvé

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 1 septembre 2013

Enfin…

J’ai enfin terminé la lecture du dernier livre de Juliet B. SCHOR, enseignante en économie. Le titre était alléchant – La Véritable Richesse, Une économie du temps retrouvé – et me laissait espérer des propositions de solutions innovantes.

Ma légère déception de lecteur se justifie tout d’abord par le fait que ce livre est écrit par une américaine pour des américains. Nous, européens, sommes en quelques sortes le modèle de ce que les américains doivent atteindre. C’est peu mobilisateur pour nous… En plus, le livre est déjà périmé puisque l’arrivée des hydrocarbures de schistes est absente de l’ouvrage.

Autre point de déception : la principale proposition de l’auteur est de diminuer le temps de travail pour le libérer à d’autres activités. C’est un vrai enjeu aux USA; cependant l’absence d’analyse des réussites et échecs de l’expérience française, notamment, manque cruellement dans un argumentaire un peu « maison de Candie ». Je reste par ailleurs convaincu, que la mesure du temps de travail n’est pas un indicateur suffisant : le temps d’épanouissement au travail compte aussi.

De plus, la description des enjeux et dangers auxquels nous sommes confrontés ont été démontrés plein de fois avant ce livre et parfois plutôt mieux (par Rifkin, Lester Brown, Nicolas Hulot…). Et pourtant, je suis en phase avec l’essentiel du contenu  : donner plus de place au PME et moins de privilèges aux multinationales – nécessité de traduire dans les faits le coût des externalités environnementales – développer un rapport différent aux choses mais aussi à l’autre – encourager l’émergence des modes de production et consommation alternatifs – atténuer le poids démesuré du PIB dans notre conscient et inconscient – agir localement…

 

Lu : La Véritable Richesse, Une économie du temps retrouvé dans LECTURES capture

Rassurez-vous, j’ai aussi trouvé dans cet ouvrage de quoi faire marcher le truc mou qui est derrière mes yeux : 

  • Beaucoup de pistes à explorer m’ont semblé être plus de l’ordre de la Résilience que de la Transition. Sans que ce soit écrit, j’ai eu le sentiment à la sortie du livre qu’il serait de toute façon impossible de faire entendre raison au monde économique et financier. Serions nous condamner à ne pas changer les choses ?… et donc à nous préparer aux contre-coups des chocs climatiques, énergétiques (…) ? Ce constat déborde largement la lecture de ce livre.
  • Autre réflexion sémantique intéressante. Un certain Raymond Williams aurait dit que « Notre pb, ce n’est pas que nous sommes trop matérialistes, mais que nous ne le sommes pas assez« . Comprendre : nous n’apportons pas assez de valeur aux choses. Nous achetons trop et jetons trop vite. ça se tient !
  • Citation : p52, chpt  « La Fast mode », le cas de l’habillement.

L’information la plus révélatrice sur le marché actuel de l’habillement est qu’on peut acquérir des vêtements au poids plutôt qu’à la pièce, pour seulement un dollar les 500 g. Autrement dit, il est possible de payer des vêtements [...] moins cher que le riz, les haricots ou d’autres denrées de bases.

[...]

En 1991, les Américains achetaient, en moyenne, 34 robes, pulls, chemises, sous-vêtements et autres articles. En 1996, ils en étaient à 41. En 2007 [...] 67 articles.

  • Citation p221, chpt « Plénitude et Bien être« 

Au sein d’un pays, les ménages à faible revenu ont moins de bien-être que ceux qui ont un revenu plus conséquent. Mais une fois qu’un ménage sort de la pauvreté et entre dans la classe moyenne, accroître encore son revenu n’est pas si efficace pour améliorer son bien-être. L’économiste britannique Richard Layard a constaté qu’à échelle de la planète, le niveau moyen de bonheur d’un pays cesse d’augmenter quand son revenu par habitant atteint 26000 dollars. [...]


Je ne regrette pas du tout la lecture de ce livre mais crains seulement qu’il ne soit qu’un de plus sur une pile d’ouvrages lus que par des « déjà convaincus ». Donc peu utile…

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social