Histoire de Mercy Mercy me – Marvin Gaye

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 9 avril 2013

A l’occasion de l’anniversaire de la mort de Marvin Gaye, Laurent Lavige lui a récemment rendu hommage dans sa « Blacklist » (lien). Musicalement et magistralement, comme d’habitude.

Histoire de Mercy Mercy me - Marvin Gaye dans HISTOIRE DE marvin-gaye

Je me permets une incursion dans l’univers de ce géant de la soul music pour vous compter comment cet artiste a chanté il y a 42 ans ce qui pourrait être un hymne écologique immortel, un mémorial de notre conscience écologique, une chanson anticipatrice de ce que nous savons aujourd’hui. J’ai en effet seulement compris aujourd’hui que « Mercy Mercy Me » de l’album « What’s going on », que j’écoute régulièrement sans jamais avoir chercher à comprendre les paroles, était une alerte on ne peut plus explicite de notre folle capacité à détruire notre substrat naturel. Extrait :

Woo ah, mercy mercy me
Woo ah, ai pitié, ai pitié de moi
Ah things ain’t what they used to be, no no
Ah les choses ne sont plus ce qu’elles étaient autrefois, non non
[...]
Oil wasted on the ocean and upon our seas, fish full of mercury
Le pétrole a saccagé l’océan et dans nos mers, des poissons plein de mercure
[...]
What about this overcrowded land
Qu’en est-il de cette terre surpeuplée
How much more abuse from man can she stand ?
Combien d’abus de l’homme peut-elle encore supporter ?
[...]

Ce qui est vraiment fort, c’est qu’au moment de l’écriture de cette chanson il y a 42 ans, les éléments fondateurs de ce qu’on appelle aujourd’hui le développement durable n’étaient pas encore en place. La première conférence des Nations Unis pour l’environnement date de 1972 et on n’y a parlé quasi exclusivement de pêche à la baleine ! Le réchauffement climatique n’était pas une rumeur, le premier choc pétrolier n’était pas encore arrivé (1973)…

On dit que les artistes ont une hypersensibilité qui leur fait ressentir des choses que nous, pauvres mortels enfermés dans notre quotidien, ne voyons pas. Tout simplement prennent-ils plus le temps d’observer ?

Au-delà du message écologique, cette chanson s’adresse aussi au père de Marvin Gaye, père qui a abattu son fils d’une balle dans le cœur, le 1er avril 1972… Grâce à ses albums, heureusement pour les vivants, Marvin Gaye est immortel.

Si l’histoire de cette chanson ne vous botte pas plus que ça, ré-écoutez la quand même pour le plaisir. C’est du tout bon. Merci Mr Lavige.

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social