La certification Cradle to Cradle

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 20 février 2013

La marque de chaussures Puma vient de lancer une gamme de produits certifiés « Cradle to Cradle » (lien).

« Les chaussures et le T-shirt de basket biodégradables InCycle ont été analysés dans le cadre du premier bilan de pertes et profits de Puma relatifs aux produits environnementaux, publié en octobre 2012. Les résultats sont éloquents, et démontrent que l’impact environnemental de ces deux produits a été réduit d’un tiers par rapport à leurs homologues traditionnels » explique – dans un communiqué – Reiner Hengstmann, directeur mondial de Puma Safe.

Mais c’est quoi exactement la certification Cradle to Cradle ?

*

La marque de certification C2C fait référence à un ouvrage « Cradle to Cradle » sorti il y a quelques années. Le concept repose sur la mise en place d’une logique industrielle à circuit fermé, une chaine de relations où « tout est réutilisé – soit retourné au sol sous forme de ‘nutriments biologiques’ non toxiques, soit retourné à l’industrie sous forme de ‘nutriments techniques’ pouvant être indéfiniment recyclés ». L’objectif d’imiter l’équilibre des écosystèmes naturels, de positiver une approche industrielle sans forcement chercher à diminuer les « consommations » (mais plutôt les organiser).

Un peu utopique si on raisonne en valeur absolue (il y aura toujours des pertes en lignes) mais fondamentalement cohérent avec toute démarche d’éco-conception. Plus de 300 produits sont certifiés dans le monde.

Glané sur le net (lien), un exemple de grille d’évaluation utilisée pour les certifications Cradle to Cradle :

La certification Cradle to Cradle dans CAS D'ENTREPRISES capture7


2 Réponses à “La certification Cradle to Cradle”

  1. Christophe Chabbi dit :

    C2C, utopie ou prochaine révolution industrielle ?
    A l’image de la nature qui ne produit pas de déchets mais les consomme comme nutriments, tout produit sera biodégradable ou recyclable à l’infini… « La philosophie Cradle to Cradle s’appuie sur quatre postulats : les déchets peuvent être des ressources, le soleil est l’énergie renouvelable ultime, la diversité doit caractériser les produits, et l’intention de ne pas nuire doit être assumée. Nous devons poser une intention afin de restaurer la planète. Ce qui veut dire qu’il faut développer des produits qui ne soient pas toxiques ».
    Les critères de la certification C2C couvrent la santé (abolition des toxiques), la part de réutilisation (50% des objets au minimum), l’utilisation d’énergies renouvelables (objectif : 50% dans les process), la conservation de l’eau et la responsabilité sociale.
    Cradle to Cradle en est à ses débuts et cherche sa place dans le paysage des normes, déjà nombreuses.

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social