• Accueil
  • > ACTUALITE
  • > Les français et l’environnement : Baromètre d’opinion de l’ADEME

Les français et l’environnement : Baromètre d’opinion de l’ADEME

Posté par Jean-Luc DOTHEE le 8 janvier 2013

L’ADEME met en ligne annuellement un baromètre d’opinion et de pratiques déclarées sur le thèmes « les Français sur les questions environnementales« . Il permet d’observer des tendances. Le parcours de ce document de synthèse ouvre des champs de réflexion intéressants et parfois assez paradoxales.

Premier enseignement, la crise impacte sur les pratiques (il faudrait arrêter d’appeler « crise » ce que l’on vit actuellement du fait de la continuité temporelle. Une crise a un début et une fin, et il y a peu de chance de vivre un retour à la situation initiale… c’est mon avis…). La crise donc, impacte clairement sur les retours des sondés. Par exemple, quand on investit (de plus en plus rare), on cherche avant tout à diminuer sa facture en énergie (avant de sauver les ours polaires). Globalement, le problème « pollution » est logiquement perçu moins prioritairement dans une période de chômage élevé.

Les français et l'environnement : Baromètre d'opinion de l'ADEME dans ACTUALITE capture3

Je retiens aussi que le climato-scepticisme n’a plus cours. Seulement 24% des interrogés estiment que les scientifiques sont alarmistes. C’est plutôt une bonne nouvelle et rejoint la prise de conscience constatée aux US sur le sujet.

capture4 dans REFERENCES

Malheureusement, du contexte anxiogène, les français semblent en tirer une conclusion désespérante : profitons du moment présent tant l’avenir est sombre !

« Le plaisir de court terme est une priorité… Face à ces préoccupations et compte tenu de la difficulté à adopter une vision de long terme, les Français ont tendance à se réfugier dans un hédonisme de courte durée : 8 Français sur 10 font du plaisir une priorité dans leur vie, et ce parti pris ne montre aucune tendance à la réduction »…

« La consommation reste l’une des voies par laquelle ils répondent à ces aspirations. Le sentiment général d’érosion du pouvoir d’achat ne remet d’ailleurs pas en cause le désir de consommer. Les pratiques de consommation évoluent ainsi, tout en associant le plaisir à la contrainte budgétaire. Si l’on interroge les Français sur ce que signifie pour eux « consommer mieux », ils répondaient « consommer moins » à 58 % en 2008, contre seulement 54 % aujourd’hui. Cet attrait pour la consommation s’exprime notamment à travers
leur goût croissant pour l’innovation »

capture5

De deux choses l’une, soit c’est du fatalisme (ce qui ne va pas beaucoup nous aider à agir), soit c’est l’incompréhension face aux enjeux (exemple). Je propose de convaincre les premiers qu’un avenir joyeux reste possible et informer les seconds des nouveaux modèles (et produits) en cours de déploiement. 

Laisser un commentaire

 

vagno |
Fin de séjour à Amnesia |
nkoloboudou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.motamotadomicile.fr
| TOUJOURS MASI MANIMBA
| Du lien social